Ostara, bénédiction des graines matérielles & spirituelles

L’équinoxe de printemps est le moment où le jour et la nuit sont d’égale longueur et où la lumière est sur le point de devenir plus forte que l’obscurité. L’équinoxe de printemps est célébré aux environs du 21 mars. Ces rites printaniers devraient être célébrés à l’aube ou au crépuscule – ce temps en dehors du temps, qui n’est ni la nuit, ni le jour, quand ce n’est plus l’hiver et pas encore tout à fait le printemps. Se tenir à l’intérieur du Cercle magique durant cette période d’équilibre entre l’ombre et la lumière, est une bonne chose pour laisser derrière nous l’hiver et nous réjouir des prochains mois clairs et lumineux ainsi que de l’activité de la Nature.

Les graines qui ont été récoltées au cours de l’équinoxe d’automne, qui sont restées endormies durant toute la moitié sombre de la roue de l’année, peuvent à présent être bénies pour ensuite être semées. Le panier dans lequel des sachets distincts ont été rangés au cours de l’hiver peut être gardé sous l’autel jusqu’au moment du rituel où il est approprié de réaliser la Bénédiction des Graines. Placez le panier de graines sur l’autel, et en utilisant la Baguette Priapique, tapez doucement chaque sachet de graines trois fois, en disant :

« À présent que la moitié sombre de l’année est passée

À présent que les jours s’allongent et que la Terre se réchauffe

J’appelle l’esprit de ces graines

Qui ont dormi dans l’obscurité

Éveillez-vous, animez-vous et poussez

Bientôt, vous serez semées en Terre

Pour croître et produire de nouveaux fruits.

Soyez bénis ! »

Tandis que chaque type de graines est béni, visualisez ce type particulier de plantes en pleine floraison ou en fruit mûr. À présent, les graines sont prêtes à être plantées lorsque la phase de la lune est bonne ou lorsque les jours sont assez chauds.

Comme c’est le moment de planter des graines sur le plan matériel, cela peut aussi être le moment de faire de même sur les plans psychiques. Lorsque la Lune des Graines de Mars est pleine, projetez votre Cercle magique. Puis, avant la fin du rite, choisissez les graines spirituelles que vous aimeriez semer. Cela peut être des graines de sagesse, des graines de savoir, ou des graines de compétences magiques particulières. Puis par un acte de volonté, plantez ces graines dans le sol fertile de votre subconscient avec le ferme engagement qu’elles seront nourries et cultivées au cours des mois à venir, et qu’ainsi elles pousseront, fleuriront et porteront leurs fruits.

Extrait du livre Wheel of the Year, par Pauline Campanelli, traduction Lune.

Graines de cierge de notre dame

L’Anima & la descente de la Lune

J’ai mis à jour l’article sur la Descente de la Lune du mois dernier. J’ai notamment ajouté un paragraphe sur l’un des buts principaux du rituel, l’expérimentation de l’Anima chez le Prêtre, et corrigé deux ou trois choses en passant.

Le Second Degré : l’expérience intérieure

J’ai repris cette vieille traduction et l’ai dépoussiérée. Elle en avait bien besoin. Elle fait suite aux deux articles précédemment postés :

Si le sujet vous intéresse ou vous concernent, je vous invite également à lire l’article d’Artus :

L’expérience intérieure

Par Vivianne Crowley, traduction & adaptation Lune

Extrait de Wicca, the old religion in the new millenium de Vivianne Crowley ©

Extrait du chapitre du Chapitre 11 : « Seconde initiation, la quête périlleuse »

Le premier degré est la période qui nous permet de sortir de nos vies matérielles pour nous installer sur la voie choisie. Jusqu’à ce que les gens puissent mener avec succès leur vie extérieure, ils ne sont pas prêts à prendre la charge de la vie spirituelle d’autres personnes. Le premier degré nous conduit également aux premières étapes d’accomplissement de ce commandement des mystères : Connais-toi toi-même.

Pour former avec succès autrui, nous devons assumer nos propres forces et faiblesses. Il est donc important, durant le premier degré, que nous recherchions à nous comprendre nous-mêmes, nos côtés négatifs et notre pôle sexuel opposé – l’Ombre et l’Anima ou l’Animus. Pour diriger un coven, nous devons avoir suffisamment su faire notre introspection pour reconnaître les moments où nous projetons sur les autres nos propres qualités désirées ou non désirées. Nous devons également avoir commencé à maîtriser nos affinités ou antipathies irrationnelles envers les autres qui résultent de telles projections. Ce ne sont pas des choses qui sont acquises en quelques années ; mais avant de prendre le chemin du second degré, nous devons avoir commencé ce voyage vers cette connaissance de nous-mêmes.

En termes psychologiques, la seconde initiation nous conduit à la rencontre des deux faces de notre personnalité, l’Ego lumineux et le sombre inconscient. En un sens, ceux-ci sont bons et mauvais. La psyché humaine est faite d’ombre et de lumière qui nous poussent à l’égoïsme et à l’altruisme. Sous un autre angle, la rencontre du second degré est celle du Masculin et du Féminin. Ce sont à la fois le Masculin/Mort et le Féminin/Vie qui sont dépeints dans la « Légende de la Déesse », dont la représentation est une fonction clef dans le rite.

La seconde initiation : la quête périlleuse

Par Viviane Crowley, traduction Lune

Extrait de Wicca, the old religion in the new millenium

Le second degré d’initiation marque une étape importante dans la vie d’une Sorcière (d’un Sorcier). C’est l’initiation qui fait d’elle (de lui) une Grande Prêtresse (un Grand Prêtre) de la Wicca. L’initiation au second degré confère l’autorité à transmettre la tradition et le pouvoir d’initier les Sorcières (sorciers) au premier degré. Dans la plupart des traditions, le second degré est considéré comme étant bien plus important que le premier degré et qui engage davantage. L’engagement du second degré est considéré avoir un effet au-delà de cette vie-ci et ne doit pas être pris à la légère. Cette initiation est perçue comme un engagement inaliénable à la prêtrise et au service des Dieux. Cet engagement a un effet profond sur le Moi ; alors que l’initiation au premier degré est davantage une initiation de la personnalité. Il doit s’écouler une année et un jour entre l’initiation au premier degré et l’initiation au second, mais en pratique, l’intervalle est beaucoup plus long. Il est commun d’attendre trois à cinq années ; mais se sentir prêt à sauter le pas pour devenir Grand Prêtre ou Grande Prêtresse peut prendre beaucoup plus de temps.

Les critères pour décider quand quelqu’un est prêt pour la seconde initiation diffèrent légèrement d’un coven à l’autre, d’une tradition à l’autre ; mais c’est généralement lorsque l’initié(e) signale qu’il (ou elle) est prêt(e), non seulement à prendre la responsabilité pour lui-même (elle-même) mais aussi à prendre la responsabilité de la direction et/ou l’enseignement des autres. Normalement, l’individu sera capable de conduire les esbats et les rituels saisonniers, d’utiliser les pouvoirs magiques et divinatoires avec sagesse, sera capable de donner des conseils spirituels, de conseiller ceux qui cherchent à intégrer l’Art et à les former en son sein, il devra être capable d’enseigner aux nouveaux initiés. Enseigner aux autres nécessite bien plus que de simples connaissances de l’Art, bien que cela soit une part essentielle. Cela demande de l’amour pour les autres, de s’engager envers eux et de la bonne volonté pour leur enseigner et les former aux voies de la Déesse et du Dieu.

La nature des connaissances que l’initié doit acquérir avant le second degré dépendra de sa personnalité et de ses capacités qu’il aura besoin de développer, mais aussi du coven et ce sur quoi ce dernier se concentre. Au sein de certains covens, ce sera la guérison, dans d’autres la magie, la divination, l’enseignement, le développement spirituel ou le savoir de l’Art, ou bien diverses combinaisons de tout cela. Généralement, les gens démontrent leurs capacités durant le cours normal des activités du coven. Cependant, certains groupes mettront en place tests ou quêtes pour ceux qui souhaitent prendre le second degré. Cela peut impliquer la démonstration de leurs capacités d’organisation et d’enseignement en prenant la responsabilité de certains aspects de l’activité du coven ; ils démontreront ainsi leurs qualités personnelles à travers des vigiles, des retraites temporaires en pleine nature ou la célébration de rituels particuliers ; ou encore ils démontreront leur habileté pour des techniques particulières.

Comme pour le premier degré, l’initiation d’une femme est faite par un homme et l’initiation d’un homme est faite par une femme. Dans certaines traditions, le second degré est uniquement donné par des initiateurs qui ont leur troisième degré. Dans d’autres traditions, elle peut être transmise par tout Grand Prêtre ou Grande Prêtresse du second degré. Au sein d’autres traditions encore, il est coutumier pour un initiateur du second degré de demander l’accord du Grand Prêtre ou de la Grande Prêtresse du troisième degré avant de conférer un second degré. Dans les années 1970, Alex Sanders a donné les initiations du second et troisième degré ensemble. Ceci dans le but de créer de nouveaux covens rapidement et de faire des leaders pour les nouvelles générations de personnes qui voulaient être initiées, qui désiraient intégrer la Wicca et que les covens existants ne pouvaient accueillir faute de place. Cette pratique est maintenant tombée largement en désuétude. Le problème de places demeure mais donner les deux degrés ensemble n’est désormais, généralement, pas favorisé.

Le symbole du second degré

Par Viviane Crowley, traduction Lune

Extrait de Wicca, the old religion in the new millenium

Le symbole du second degré est un pentagramme renversé, un symbole associé au Diable Chrétien dans l’esprit des gens. Il ne s’agit pourtant pas de « l’Incarnation du Mal » des Chrétiens, mais du symbole du Dieu Cornu, le Sombre Seigneur de la Mort.

Pourquoi le pentagramme est-il renversé ? Le pentagramme, avec ses cinq branches, est un symbole très important au sein de la Wicca. En terme de développement spirituel, le pentagramme symbolise les quatre fonctions de la personnalité associés à la cinquième fonction ou fonction transcendante, le Moi. Le pentagramme, avec ses 5 branches, montre que la cinquième fonction est apparue, mais qu’elle n’est pas encore transcendante. Elle reste enfouie sous les quatre autres. C’est seulement lors du troisième degré  que le pentagramme se renversera et prendra sa juste et droite position. En retournant le pentagramme, nous devons découvrir ce qui est caché, nos propres parts inconnues.