Cimaruta

CIMARUTA

Par Doreen Valiente, traduction Lune

Extrait de « An ABC of Witchcraft », éditions Phoenix.

Cimaruta. Cette amulette de la sorcière italienne, représentant un brin de rue, est entourée ici par d’autres amulettes issues de la collection de l’auteur (Doreen Valiente).

La cimaruta, ou cima di ruta, est une belle et insolite amulette, appartenant à la tradition sorcière italienne. Vous trouverez dans ce livre un bel exemple de cimaruta sous la forme d’une illustration.

Le nom de cette amulette signifie  » un brin de rue ». La rue (Ruta graveolens) est parfois appelée l’Herbe de Grâce ; et la rue et la verveine sont supposées être les deux plantes les plus plaisantes à la déesse Diana, la reine des sorcières italiennes.

La cimaruta doit être en argent car c’est le métal de Diana. En plus de la représentation du brin de rue, elle doit également comporter une fleur de verveine à cinq pétales, la lune décroissante pour bannir tout mal, une clef qui est l’attribut d’Hécate, et un poisson, qui est un symbole phallique.

Passablement répandue au XIXème siècle, la cimaruta n’est pas aussi bien connue dans l’Italie moderne. Du moins, l’auteur a montré cet exemple de cimaruta aux italiens, et ils n’ont pas su ce que c’était ; peut-être ont-ils pris soin de ne pas l’identifier, du fait de son association à la sorcellerie, « la Vecchia Religione », ou « l’Ancienne Religion ».

30. juin 2010 par Lune
Catégories: Wicca & Sorcellerie | Tags: , , , , , , , , , , , , , , , | 10 commentaires

(10) commentaires

  1. Je ne connaissais pas du tout ce symbole, mais il m’a de suite beaucoup fasciné, alors merci de me l’avoir fait découvrir.

    Après quelques petites recherches, j’ai remarqué qu’il y avait de nombreuses significations aux symboles de la cimaruta, qui étaient parfois différents.

    Le brin de rue (très présent dans la magie italienne) est à chaque fois représenté, divisé en trois petites tiges à chaque fois, sensées représenter le triple aspect de la Déesse Diana, ainsi que les symboles de la lune, de la clef et du serpent: la clef pour Hécate, la lune pour Diana et le serpent pour Proserpine.

    Dans d’autres versions, la fleur de verveine est associée aux bonnes grâces du peuple féerique, la présence d’un coq est là pour dissiper les ténèbres et appeler l’aube, la présence d’un poignard est directement lié à Diana et symbolise la lumière d’un rayon de lune. Le serpent étant toujours la représentation de Proserpine, la lune de Diana, et la clef d’Hécate.

    Mais je crois que je préfères ta version pour expliquer les symboles :)

  2. Sur le sidh, j’ai retrouvé ce texte également :

    Le Cimaruta [« chee-mah-roo-tah »] est un très ancien et très puissant charme, utilisé en Italie pour se protéger du mauvais-œil. Il est composé d’un brin de rue auquel sont ajoutés des symboles : un poisson pour l’abondance, une lune entourée d’un serpent pour la puissance occulte, une clé pour la connaissance des secrets, une main pour repousser les influences négatives et une fleur de verveine pour la protection. Le charme est toujours réalisé en argent et possède trois branches, représentant les trois aspects de Diana. La Rue et la Verveine sont les deux plantes qui plaisent le plus à la Déesse. La Rue est aussi utilisée lors des rituels pour représenter la puissance du Dieu.

    Quand on recherche l’amulette en question chez les marchands sur le net, on remarque que toutes possèdent une lune croissante et non décroissante ^^

  3. Oui, ça m’a beaucoup intriguée d’ailleurs de ne trouver que des Cimaruta sur le net avec une lune croissante et non décroissante.

    En continuant un peu mes recherches, j’ai lu que la signification de certains symboles différaient selon les régions en Italie, et que, par exemple, certains symboles avaient même été « récupérés » par le christianisme comme le poisson.
    Comme le christianisme a essayé de récupérer et de « transformer à sa sauce » pas mal de fêtes et symboles du paganisme, je me suis dis que peut-être, on trouve plus facilement des Cimaruta avec une lune croissante de nos jours, parce que l’aspect décroissant de la lune est vu uniquement avec le filtre chrétien « lumière=bien et ténèbres=mal »? Ce qui ne serait pas étonnant avec les siècles d’influence qu’a eu le christianisme sur notre inconscient.
    Mais ce n’est qu’une hypothèse ^^

    Personnellement, j’aimerais bien en trouver une avec une lune décroissante justement :)

  4. Faut que tu la fabriques sinon… et comme c’est la mode du bijou do-it-yourself… ça doit être relativement facile à trouver / faire ^^
    J’imagine que tu dois connaitre ce livre ? À tout hasard, voici un lien : http://www.sacred-texts.com/evil/tee/tee14.htm

  5. Ah non, je ne connaissais pas du tout ce livre, merci de tout cœur pour le lien! :)

    Et oui, il va surement falloir que je me fabrique ma Cimaruta toute seule, ça lui donnera d’autant plus de significations si c’est moi qui le fait. Mais ça va être drôle, moi qui ne suis pas très douée pour fabriquer des choses de mes mains :D

  6. Tiens, sur son blog, Lolair a posté une photo de son talisman. Il est vraiment très très chouette. Si ça peut te donner des idées !

    http://witchofforestgrove.com/2010/04/25/witchcraft-on-the-day-of-saturn/

  7. Ca me fait un peu penser aux lunnitsi, ces amulettes lunaires slaves, mais les lunnitsi sont constituées d’un unique croissant de lune tourné toujours vers le bas, semble-t-il. Après on ajoute parfois des ornements au bout des pointes, des gouttes, des têtes de serpents… ou bien des dessins ou des points sur le corps même du croissant de lune.

    http://ambre-lune.com/balcon/?p=1061

    C’est une artiste de DA qui m’a fait découvrir ce truc !

    http://linaivelle.deviantart.com/

  8. J’aime bien c’est joli :p

  9. la rue est une sacrée guérisseuse et demande en échange de ses bons services, à se faire connaître …
    le regard et l’esprit clair,
    laissons nous inviter dans la chambre noire où la femme au coeur de lumière accueille et guérit les visiteurs …

  10. Ping : Plante sorcière : la rue, herbe de grâce | Lunes Rouges