Rituel d’Hallowe’en (tradition Alexandrienne)


Rituel Alexandrien. Extrait du livre What Witches Do, the modern coven revealed.

31 octobre, Hallowe’en.

Par Stewart Farrar, traduction Lune

La Veille de Novembre, la Toussaint, la fête gaélique du feu de Samhain ou Samhuin, résonne d’une façon plus inquiétante que les autres fêtes. C’est la fin de l’été, lorsque les puissances du monde souterrain se font sentir de plus en plus grandissantes, avec leurs portes grandes ouvertes et toutes leurs troupes libérées – les mauvaises tout autant que les bonnes. Les non sorciers ont l’habitude de barrer leurs portes et fenêtres pour Hallowe’en et d’employer des chandelles placées dans des citrouilles pour effrayer les mauvais esprits, une coutume qui s’est abâtardie en un jeu pour les enfants.

Les sorcières avaient une attitude moins défensive ; elles faisaient face à la saison activement en appelant les esprits amicaux. Les sorcières modernes font de même, en tentant délibérément de contacter les amis et parents défunts – avec tout autant de succès, selon Alex, qui admet qu’il n’aime pas Hallowe’en. « Ils sont morts ; laissez-les en paix, » est son attitude. « Parfois je vois ma Grand-Mère dans la fumée du chaudron au cours du rituel d’Hallowe’en. Je l’aimais beaucoup, mais elle s’en est allée et nous n’avons pas besoin l’un de l’autre à présent. »

Le rituel commence par une marche ou une danse lente, le coven porte des torches et des bougies, conduite par le Grand Prêtre et la Grande Prêtresse qui tiennent les baguettes. La Rune des Sorcières, ou tout autre chant adéquat, est entonnée sur un tempo lent.

Une fois terminée, le Grand Prêtre et la Grande Prêtresse tracent le Pentagramme d’Invocation avec leurs athamés, tandis que la Grande Prêtresse récite :

« Effroyable Seigneur des Ombres, Dieu de Vie et Donneur de Vie – Pourtant, te connaître, c’est connaître la Mort.
Ouvre grand, je t’en prie, tes Portes à travers lesquelles tous doivent passer.
Que les êtres chers, partis avant nous,
reviennent cette nuit pour se réjouir avec nous.
Et lorsque le temps sera venu pour nous, comme il se doit,
Ô toi, qui Réconfortes, qui Consoles, qui Donnes Paix et Repos,
Nous pénétrerons tes royaumes, heureux et sans peur.
Car nous savons que lorsque nous nous serons reposés et revigorés parmi les nôtres, nous renaîtrons par ta grâce et celle de la Grande Mère.
Que cela soit au même endroit et à la même époque que les êtres aimés, et puissions-nous les rencontrer, et les connaître, et les aimer à nouveau !
Descends, nous t’en prions, dans le corps de ton Serviteur et Prêtre. »

Chaque femme donne ensuite le Quintuple Baiser au Grand Prêtre, en tant que personnification du Dieu.

Aucune méthode précise n’est fixée pour induire la visualisation des amis défunts. Le choix dépend du coven individuel, qui peut avoir trouvé tel ou tel autre système plus efficace selon sa propre expérience. Alex et Maxine favorisent celui du chaudron fumant.

Les gâteaux et le vin, les danses et les jeux s’ensuivent, et si on se trouve dans le bon état d’esprit, alors on pourra ressentir les autres présences.

Des huit fêtes, c’est celle pour laquelle le Livre des Ombres insiste le plus énergiquement sur le Grand Rite. Si ça n’est pas possible à ce moment, le Livre dit que le Grand Prêtre et la Grande Prêtresse devront le célébrer eux-mêmes aussitôt que possible comme il convient, « symboliquement, ou si possible réellement ». Comme le rituel d’Hallowe’en est intimement lié à la Mort et aux Morts, sans doute devrait-il se conclure par une réaffirmation intense et solennelle de la vie.

Bénédiction du repas de Samhain

Une bénédiction pour le repas du sabbat de Samhain trouvée sur le net et aussitôt traduite (auteur inconnu)

Maintenez vos mains au-dessus de la nourriture que vous cuisinez et dites :

Les Rayons d’Or du Soleil Ont Embrassé la Graine
Les Douces Gouttes de Pluie Ont Caressé le Fruit.
Les Flots des Rayons Lunaires Ont Dansé sur les Champs
Acheminant l’Énergie jusqu’à la Racine
Les Bénédictions de la Mère
La Force du Père
L’Unité de l’Amour.
Ainsi soit-il.

Tracez le symbole d’une croix, dont les branches sont d’égale longueur, au-dessus du plat. Frappez ce plat d’un petit coup unique.

Servez avec un sourire !

La Cordelette aux 9 noisettes

Un sortilège de protection à réaliser la nuit de Samhain. Extrait du livre Wheel of the Year, de Pauline Campanelli (traduction Lune).

Fabriquez à Samhain une cordelette de neuf noisettes et nouez ses extrémités ensemble pour former un cercle. Consacrez-la dans la fumée du Feu de Samhain, en chantant :

Neuf noisettes dans un cercle passé dans la fumée du feu de Samhain apporte protection à cette maison et à ses habitants. Béni soit ce charme de noisettes et cordelette.

Puis suspendez la cordelette dans la maison comme une amulette de protection pour l’année à venir.

Manger des noisettes lors du Sabbat de Samhain est une manière symbolique de partager la nourriture avec le Dieu. Mettre toujours de côté une poignée de noisettes et l’enterrer lors des rites du Printemps, de manière à s’harmoniser aux rythmes du cycle éternel de la naissance, de la mort et de la renaissance.

Samhain, souper silencieux & spiritisme

Quelques activités pour le Sabbat de Samhain, des fois que vous seriez en panne d’idées ;)

Cène silencieuse, citrouilles, verre à vin & spiritisme

Par Pauline Campanelli, traduction Lune

Samhain est la célébration de la mort, et en tant que telle, elle est marquée par plusieurs traditions. Le Festin des Morts est l’une d’entre elles, parfois appelé Souper Silencieux. Il en existe de nombreuses variantes – du repas complet partagé par les vivants, avec des places réservées à table pour les morts, aux gâteaux et au vin laissés de côté, ou toute combinaison semblable, au coin du feu, la nuit de Samhain. C’est une période durant laquelle, on communique traditionnellement avec les morts. Pour cette raison, après avoir accueillis ces derniers dans votre Cercle de Samhain par la Porte de l’Occident (ndlt : l’ouest), la direction de la mort, vous pouvez permettre aux esprits des défunts de communiquer avec vous s’ils le souhaitent. Voici l’une des méthodes pour cela : le verre à vin.

Similaire à la planche ouija, mais sans sa sinistre réputation imméritée, le verre à vin n’est que cela, un verre à vin que l’on dispose à l’envers (le verre à champagne est encore préférable au verre à vin car il a moins tendance à se renverser). Le verre est entourré par un cercle de lettres. Un alphabet dessiné dans un style gothique sur des morceaux carrés de papier blanc aide à la création de l’atmosphère appropriée.

Il faut le dire, nombre d’occulistes font la moue lorsque l’usage des planches ouija ou à pendule est conseillée, et il ne fait aucun doute, qu’ils préfèreront entendre parler du verre à vin et de médiumnité personnelle, ou de channeling, des termes modernes pour désigner les mêmes pratiques. Mais nous croyons que les entités désireuses de prendre le contrôle du corps ou de la voix d’un autre individu ne peuvent être de très haut niveau. Nous ne croyons pas non plus que chacune des scènes perçues par l’œil intérieur, psychique ou spirituel, ou les motivations qui les créent, soient toujours pures spirituellement. Cela ne veut pas dire que nous ne devons pas croire telle ou telle autre information channelisée, ou ce qui est reçu psychiquement. Nous le devons probablement, mais nous avons été témoins de nombreux cas d’auto-illusion, qui est l’une des plus grandes barrières au véritable développement spirituel.

Le verre à vin, d’autre part, a ses propres dispositifs de sécurité. Il ne peut facilement être employé par une personne seule, ce qui réduit fortement le cas de possession spirituelle, et il faut être deux ou plus pour que cela fonctionne, l’auto-illusion n’en est pas facilitée. Il est intéressant de noter, également, que le verre à vin porte en lui un symbolisme qui lui est propre. Il est le vaisseau ou contenant du vin, lui-même symbole de la conscience spirituelle, ainsi le verre à vin est le contenant de la connaissance spirituelle.

Le verre à vin peut également être utilisé à l’intérieur du Cercle de Samhain. Les 4 points cardinaux du cercle peuvent être marqués des bougies placées dans les Jacks-o’-lanterns (ndlt : citrouilles creusées pour servir de lanternes). Une bougie supplémentaire, couleur indigo (la couleur symbolisant les plus hauts plans spirituels) , devra également être allumée. Cette bougie peut être ointe avec l’huile et gravée d’une rune telle que Eoh qui décrit le voyage entre les plans. Après un moment de méditation, chaque personne présente place le bout de l’index sur le socle du verre à vin, mis à l’envers, et on pose alors la question traditionnelle suivante : « Y a-t-il quelqu’un ici qui souhaite transmettre un message ? » Puis, lorsque le verre glisse d’une lettre à l’autre, épelez rapidement les messages, lisez les mots. Vous pourrez trouver plus aisé d’enregistrer la séance pour éviter les confusions. En cette nuit, qui est l’une des fêtes païennes les plus solennelles, les messages sont souvent personnels et profonds.

Extrait du livre Wheel of the Year.

Un encens pour Samhain

J’ai pris beaucoup de plaisir à confectionner l’encens de Paul Huson dont je parlais précédemment (encens sabbatique). Comme avec les recettes de cuisine, je n’ai pas pu m’empêcher d’adapter. Je me suis servie d’un vieux moulin à café électrique retrouvé dans les placards de la maison quand nous avons emménagé. Un de ces modèles datant des années cinquante, le genre d’objet solide, efficace et qui a une âme. J’ai commencé par mixer la verveine avec le laurier. Rien qu’à ce moment, j’avais envie de m’en tenir à ces deux plantes, le parfum était irrésistible. Mais, en faisant du rangement ces jours-ci, je suis tombée sur mes anciens carnets magiques et sur l’un d’entre eux, j’avais noté combien l’odeur de la verveine brûlée m’était déplaisante. Un heureux hasard. J’ai donc poursuivi et j’ai ajouté de l’armoise amère, des fleurs d’absinthe, du patchouli, des épines d’épicéa et de cyprès bleu. Seul le patchouli n’est pas une de mes récoltes. Avec les fleurs d’absinthe, le mélange a pris un aspect duveteux, un peu comme lorsqu’on mixe la molène… Le parfum restait un enchantement. Je pense que la prochaine fois, pour ces fleurs là, je troquerai mon moulin électrique contre mon mortier et son pilon. C’est d’ailleurs ces derniers que j’ai employé pour moudre mon oliban, histoire de m’épargner un nettoyage pénible des lames du moulin.

Une fois mélangé au reste, j’ai ajouté sans doute trop d’huile essentielle de girofle et trop peu de pin. J’ai versé du vin de noix. Artus en avait préparé deux versions l’an passé pour les rituels d’initiation, l’une au vin blanc, l’autre au vin rouge. C’est donc la deuxième que j’ai choisi. Avec l’âge, c’est devenu une petite merveille que je vous recommande chaudement : la recette au vin blanc est ici. Je donnerai la version vin rouge au solstice d’été prochain, à l’époque des noix vertes.

Puis j’y ai mêlé quelques cuillères à café de miel des ruches familiales. Un pur délice. Moi qui ne suis pas une grande fanatique de miel, quel parfum, quelle puissance, quelle couleur ! Rien à voir avec le miel du commerce. Je ne savais même pas que cela pouvait ressemblait à cela.

Je n’ai pas ajouté l’huile essentielle de patchouli. Je crois que je n’en ai plus, du moins, je ne l’ai pas retrouvée. J’ai mélangé le tout, le résultat est une pâte homogène dont j’ai laissé la moitié dans un pot, histoire qu’elle repose et que toutes les fragrances se mélangent parfaitement, et l’autre moitié, je l’ai divisée en petits cubes que j’ai mis à sécher tranquillement dans un coin.

Verdict

Au bout de trois jours, lorsque l’encens a été suffisamment sec, je l’ai testé sur un charbon ardent. J’ai trouvé le parfum de cet encens assez surprenant et agréable.

Probablement grâce à l’oliban, cet encens m’a semblé actif, mais je ne l’ai pas encore utilisé dans un cadre rituel, avec les pratiques spirituelles qui vont bien.

Ma version improvisée de l’encens

Pour résumer, si la chose vous intéresse, voici ma version légèrement modifiée.

Mixez une petite poignée de :

  • Verveine (odorante),
  • Feuilles de laurier,
  • Fleurs d’absinthe,
  • Armoise,
  • Patchouli,
  • Épines d’épicéa,
  • Épines de cyprès bleu,

Écrasez dans votre mortier :

  • oliban

Ajoutez les ingrédients humides :

  • vin de sabbat,
  • quelques gouttes d’huile essentielle de pin,
  • quelques gouttes d’huile essentielle de girofle,
  • quelques cuillères à  café de miel.

Je pense que je recommencerai l’expérience bientôt, sans doute avec beaucoup moins d’ingrédients. J’ai beaucoup aimé ajouter du vin et du miel : un vin de sabbat largement chargé et un miel riche de symboles.