Rituel de Samhain

Samhain. La Nuit Durant laquelle le Voile entre les Mondes est le Plus Fin, lorsque Nous entrons dans le Temps du Rêve.

Par Phyllis Curott, traduction Lune

Extrait du livre Witch Crafting.

31 octobre dans l’hémisphère nord ; 1er mai dans l’hémisphère sud.

Les gens portent souvent du noir à Samhain, mais dans ma tradition nous aimons aussi porter des couleurs chatoyantes pour exprimer notre joie en présence de nos chers disparus qui reviennent nous rendre visite. Préparez l’autel avec des couleurs telles que le noir, l’or et l’orange. Sur l’autel, placez une paire de bougies noir et orange, une grenade – le symbole de Perséphone, la Déesse Grecque qui était la Reine du Monde Souterrain – et une offrande de nourriture et de boisson aux esprits des ancêtres, ainsi que votre outil divinatoire (s’il vous plait, n’utilisez pas de planche Ouija car ses résultats tendent à être négativement chaotiques). Vous pouvez également placer sur l’autel des photographies des personnes que vous aimez et qui sont décédées. Pendant ce travail [de divination], souvenez-vous s’il vous plait que c’est un jour sacré d’une puissance remarquable et qu’il est rare que ce rituel se déroule comme prévu, car se produisent souvent des manifestations très  inhabituelles et inattendues, de fortes émotions, et des révélations surprenantes.

Préparez un encens spécial pour Samhain ainsi qu’une huile d’onction dédiée à Hécate :

  • Encens de Vol (qui accroit les pouvoirs psychiques et la vision spirituelle) : Moudre à parts égales de la résine de mastic (ndlt : issue de l’arbre Pistacia lentiscus), de la cannelle, du musc, du patchouli, du genévrier, du bois de santal, de l’ambre gris, de la racine de galanga et de la myrrhe. Ajoutez quelques gouttes d’huile de cèdre et d’iris.
  • Huile d’Hécate (Hécate était le guide de Perséphone à travers le Monde Souterrain) :  Mélanger des huiles de galanga, de dictame de Crète, de musc et d’ambre gris. Mettre un petit morceau d’oliban dans l’huile.

Oindre les bougies et vous-même avec l’huile.

Projetez votre cercle aux noms d’Hécate, la Déesse de la Magie et de la Transformation, Perséphone, Reine du Monde Souterrain et, du Seigneur de la Mort et de la Renaissance.

Déclarez le but de votre cercle :

« Samhain est la Nouvelle Année Celtique, et démarre la Nouvelle Année Wiccan. Il s’agit de la nuit durant laquelle la Déesse pénètre le Monde d’en Bas pour se confronter au Dieu sous son aspect de Seigneur de la Mort et de la Renaissance, le maitre du temps.* La Roue commence à tourner, suivant les pas de la Déesse [et/ou du Dieu], qui descend dans le royaume des esprits courageusement. Et ainsi, nous commençons à descendre profondément en nous-même, et dans les dimensions de la réalité où les esprits résident.

Ce soir, le voile entre les mondes est le plus fin, et nous honorons les esprits de nos ancêtres. En cette sainte nuit, nous les accueillons avec amour, car ils sont capables de nous rendre visite et nous sommes capables de parler avec eux. En cette sainte nuit, nous sommes libres de voyager dans le temps, passé ou futur – pour voir nos vies passées, et trouver les rêves qui deviendront nos destinées.

À Samhain, nous cherchons à nous comprendre nous-mêmes et à comprendre nos voyages spirituels tandis que nous entrons dans le temps du rêve. Nous laissons disparaitre nos anciens schémas de vie, obsolètes, et au beau milieu des royaumes des esprits où ces schémas n’existent plus, nous cherchons un rêve, car toute nouvelle vie commence d’abord par un rêve. »

Invoquez la Déesse, en tant qu’Hécate la Vieille, et Perséphone la Vierge, et le Dieu en tant que Seigneur de la Mort et de la Renaissance :

« Bénissez ce moment et ce lieu, ainsi que ceux ici présents. Nous Vous accueillons et Vous remercions de montrer la voie à nos chers disparus afin qu’ils reviennent en ce lieu sûr et sacré. »

Dessinez un pentagramme d’invocation à l’ouest ; cela vous permettra d’ouvrir un portail à travers lequel les ancêtres pourront entrer. Tandis que vous tracez le pentacle, dites :

« Nous vous demandons d’ouvrir les portails entre les mondes. »

Alors que vous procédez ainsi, sentez le voile se lever et vos chers disparus entrer pour être à vos côtés pendant que vous continuez à parler :

« Bienvenus, Bien-Aimés Ancêtres, qui êtes partis avant nous. Joignez-vous à nous, dans ce cercle de lumière et de joie, nous vous honorons, vous et votre voyage et nous réjouissons de ce retour. »

Si vous le désirez, faites trois tours de cercle dans le sens anti-horaire, renversant ainsi le mouvement du temps à l’intérieur du cercle, avant que vous n’ouvriez le portail.

Après l’ouverture du portail, asseyez-vous et utilisez vos techniques de transe pour changer d’état de conscience afin de mieux ressentir vos visiteurs. Si vous le souhaitez, battez le tambour selon le rythme d’un battement de cœur. Permettez à votre esprit d’imaginer les êtres aimés défunts, concentrez-vous sur ce que vous vivez, à savoir ressentir leur présence, écoutez ce qu’ils disent. Vous pouvez également utiliser vos outils de divination pour communiquer. Dites-leur ce que vous êtes en train de faire, demandez-leur conseil, et par dessus tout, exprimez votre amour et partagez avec eux tout ce que vous avez pu souhaiter leur dire sans l’avoir fait de leur vivant. Écoutez avec attention leurs réponses. Lorsque vous avez fini, vous pouvez les sentir vous quitter et quitter le cercle ; si c’est le cas, remerciez-les et dites-leur au revoir. Ou ils peuvent rester pour la fête et le toast qui suivront juste après.

À présent, utilisez vos outils de divination pour chercher une vision de votre futur. (Vous pouvez également demander une vision d’une vie antérieure.) Demandez à être guidé pour la découverte d’un nouveau rêve. Assurez-vous de faire une relecture du message reçu en conseil en faisant de la magie entre Samhain et Yule.

Placez la grenade dans le calice de la Déesse et avec votre athamé bénissez-la comme vous le feriez pour la libation. Ouvrez-la et mangez une graine comme symbole de votre voyage depuis l’immortalité vers la mortalité, puis vers l’immortalité à nouveau. Honorez le cycle de vie et de mort et de renaissance. Honorez vos ancêtres. Si vous le souhaitez partager des histoires à leur sujet tandis que vous offrez les libations, que vous portez un toast et festoyez en leur honneur (une tradition nordique très ancienne.)

Lorsque vous aurez terminé, remerciez vos ancêtres et dites-leur adieu. Si vous avez marché dans le sens anti-horaire tout à l’heure, marchez dans le sens horaire trois fois à présent. Fermez le portail à l’Ouest. Remerciez les Déesses et le Dieu pour leur présence et révoquez le cercle. Puis souvenez-vous, toute nouvelle vie commence d’abord par un rêve.

* Et dans certaines traditions, c’est la nuit durant laquelle le Dieu pénètre le Monde Souterrain, et la Déesse est alors la Vieille. Dans notre tradition (ndlt : Ara Tradition), ces deux mythes sont également vrais, car c’est la nuit des transformations, lorsque les vieux schémas reculent et le mystère d’une nouvelle vie commence.

Magie du Feu

La Magie du Feu

Par Phyllis Curott, traduction Lune

Extrait du livre « Witch Crafting ».

Le Feu est l’élément de la transformation, et dans de nombreuses cultures anciennes, on le considère comme l’élément du pouvoir spirituel, de la renaissance et de l’immortalité de l’esprit. Le feu est associé à la direction du Sud (dans l’hémisphère nord, et la direction du Nord, dans l’hémisphère sud), aux dragons, lions, salamandres, au phœnix, et aux autres créatures possédant des griffes qui vivent là où la chaleur du Soleil est la plus intense. Il est également associé aux qualités humaines telles que le courage, la passion, l’indépendance, la détermination, et le pouvoir de transformer nos vies avec la magie divine. Nous faisons de la magie du feu lorsque nous avons besoin de ces qualités, et quand nous faisons de la magie qui se manifestera rapidement ! Et le feu est souvent utilisé pour les bannissements à cause de son énergie unique qui transforme par consumation. Alors que quelque chose est détruit par le feu, ce processus créé également la chaleur et la lumière, et c’est le moyen par lequel nous cuisons notre nourriture – un autre processus de transformation. L’exercice suivant vous aidera à faire de la magie du feu : saluer le soleil.

La Descente du Dieu Soleil

La Descente du Dieu Soleil

Par Phyllis Curott, traduction Lune

Extrait de Witch Crafting

La descente du dieu soleil est conçue à l’origine pour les hommes, à l’instar de la descente de la lune pour les femmes, mais elle peut être accomplie par des femmes comme pratique avancée.

S’il vous plait, lisez et reconsidérez la pratique de la Descente de la Lune, page 134, comme un guide pour cette pratique. Le meilleur moment pour accomplir la descente du soleil est n’importe quand à partir du lever du soleil. Alors que la plupart des descentes de la lune sont conduites à l’intérieur des cercles, généralement projetés la nuit, la première fois que vous ferez descendre le soleil, vous devrez être en extérieur, sous la lumière chaude et brillante du soleil de midi, lorsque le soleil est à son zénith dans le ciel. Comme vous ne voudrez pas être dérangé, je vous suggère de travailler dans votre lieu de pouvoir. Choisissez un but sur lequel travailler.

Préparez un encens solaire à charger et à utiliser plus tard au cours de rituels :

Mélangez 60 grammes d’oliban, 60 grammes de myrrhe et 5 pincées de cannelle, trois pincées de poivre rouge. Apportez avec vous l’encens dans un petit récipient que vous garderez ouvert sous la chaleur et la lumière du Soleil.

Sur une bougie rouge, orange ou jaune, gravez votre nom, les noms de Dieux Solaires, un symbole solaire et votre but pour le prochain cycle solaire.

Projetez votre cercle, reliez-vous à la terre, centrez-vous. Placez-vous au centre du cercle, bras ouverts, tendus vers le soleil. Si vous travaillez avec un/e partenaire, avec lequel / laquelle vous êtes entrainé, celui-ci ou celle-ci dessinera un pentagramme d’invocation sur votre corps (voir la pratique de la Descente de la Lune, chapitre 5) alors qu’elle dit l’invocation suivante :

« Par le feu et la lumière, je t’invoque,

Par la chaleur et l’énergie, je t’invoque,

Par la sagesse et la passion, je t’invoque,

Ô puissant Dieu du Soleil,

Descends dans le corps de ton enfant (nom)

Parle par sa bouche, embrasse avec ses lèvres,

vois par ses yeux,

Afin que tes enfants puissent être emplis de sagesse. »

Lorsque vous sentez le Dieu entrer en vous, refermez vos bras sur votre poitrine dans la position du Dieu, faisant pénétrer le feu du soleil en vous.

Sentez l’énergie du Dieu Soleil renforcer votre pouvoir intérieur (ndlt : ’empowering you’ dans le texte). Restez ouvert à Sa présence. Lorsque vous sentez les énergies se dissiper, courbez la tête et laissez retomber vos bras. Si vous vous sentez vidé, reposez-vous et réhydratez-vous.

Allumez la bougie, en transferant dans sa flamme un peu de l’énergie feu que vous avez reçu. Dites à voix haute votre but et demandez au Soleil de bénir et renforcer vos efforts. Visualisez votre but en train de se manifester. Si vous vous sentez à la hauteur, vous pouvez soulever l’énergie en chantant, en battant le tambour, en dansant ou en vous entourant d’un cercle de bougies allumées (assurez-vous que rien ne prenne feu !). Envoyez votre énergie dans la bougie, l’encens et vous-même. Une fois fait, mettez à la terre l’excès d’énergie. Mouchez la bougie – vous pouvez l’utiliser au cours de prochains rituels comme bougie dédiée au Dieu ou à l’élément Feu. Remerciez, et terminez votre rituel.

Tandis que vous procédez à renforcer votre pouvoir sur votre vie avec l’énergie du Soleil, prenez note dans votre journal magique des vos étapes importantes et de vos réussites.

Le Dieu

Voici une autre traduction commencée l’an dernier. Il s’agit d’une partie du chapitre de Witchcrafting sur le Dieu. Ce n’est pas la meilleure, mais elle introduit le travail pratique, qui est à mon sens vraiment intéressant. J’ai beaucoup de mal avec certaines théories de l’auteur qui ne me semblent pas assez développées. Je ne suis pas persuadée que certaines qualités soient sexuées. Je ne suis pas sûre non plus que les dieux dits patriarcaux, vindicatifs et cruels, aient beaucoup à envier à certaines déesses sanglantes… Je la rejoins néanmoins sur un point, notre perception déformée de Yavhé, comme un dieu lointain et autoritaire, dresse un mur entre nous et les expériences du divin masculin. À nous de faire tomber ce mur !

Le Dieu

Par Phyllis Curott, traduction & adaptation Lune

Extrait du chapitre 6 de « Witch Crafting »

Il existe une merveilleuse expression écossaise que m’a rapportée l’un de mes étudiants : « Ne jamais donner une épée à un homme qui ne sait pas danser. » Au mépris de toutes images et édits bibliques dans lesquels nous avons été élevés, lorsque vous faites de la magie, faisant de vous une Sorcière, vous allez à la rencontre d’un Dieu qui danse. Dans la Wicca, le Dieu n’est pas juste un guerrier, un roi et un père. Il est enjoué, joyeux, érotique et extatique.

Où pouvez-vous trouver ce Dieu ? Si vous êtes un homme, regardez dans le miroir et vous Le verrez. Et si vous êtes une femme, considérez votre vie et vous Le trouverez. Sortez aujourd’hui et tenez-vous sous le chaud et lumineux Soleil et vous Le verrez et Le sentirez. Le Dieu est le feu qui alimente la création, la force qui insémine les fondements de l’être, et la graine d’où toute vie croît. La matière première des planètes, des comètes et des étoiles, d’où proviennent tous les humains, sont le Dieu, car chaque atome de nos corps était jadis un morceau d’étoile.

Comme la Déesse, le Dieu est la force de vie s’écoulant à travers la création, et Il est présent dans la base de tout être. Il réside à l’intérieur de nous tous et comme la Déesse, il possède de nombreux noms, visages, pouvoirs et dons. Comme la Déesse, le Dieu est, à la fois, un et plusieurs.

Les légendes dominantes au sujet du Divin Masculin, rapportées par l’ancien et le nouveau testaments de la Bible, nous présentent Celui-ci comme un parent absent, seul / un père en colère, ou un fils de Dieu sacrifié. Mais il existe d’innombrables mythes et légendes à propos des Dieux qui ont survécu, et qui nous montrent l’immense palette de qualités que possèdent réellement le Dieu. Il y a des Dieux qui sont fils et amants des Déesses (Tammuz, Adonis), qui sont à tel point présents dans le monde qu’ils sont en réalité une manifestation animale (Herne, Cernunnos, Pan) ou végétale, les vertes plantes sortant de Terre (Tammuz, Baal, l’Homme Vert – greenman -, Mescalito). Il y a des Dieux qui sont aussi bien connus pour leurs activités sexuelles que pour leurs activités guerrières (Mars et Arès).

Mais entre nous et ces autres expériences du Divin masculin, se tient la présence dominante du Dieu avec lequel nous avons été élevés, même si nous n’avons pas grandi dans des maisons religieuses – Yahvé, le Dieu des religions abrahamiques (Judaïsme, Christianisme et Islam. Jusqu’à ce que la Sorcellerie moderne réapparaissent sur la scène religieuse occidentale, le mot « Dieu » évoquait l’image si magnifiquement capturée dans les peintures de Michel-Ange, du plafond de la chapelle Sixtine : un patriarche barbu, au torse puissant, nous regardant de haut depuis son royaume céleste. Lisez la Bible et l’image d’une déité sévère devient plus vive, et plus encore, effrayante. Malgré toute sa sagesse et son divin pouvoir, Yahvé était un dieu auto-proclamé et jaloux, qui a exigé que des animaux soient sacrifiés pour lui et qui frappait violemment quiconque lui désobéissait. Et il a ordonné à ses fidèles à faire de même et pire encore, tout cela depuis son lointain trône, bien loin du monde dans lequel nous vivons et luttons.

Dans un tel contexte, celui d’un Dieu Père vindicatif et distant et de déités païennes patriarcales survivantes, qui ont également supplantées la Déesse, il est facile de comprendre l’avènement du Christianisme. La figure du Christ offre une conception du divin masculin très différente – il est tolérant, clément, miséricordieux, il est l’âme de la bonté. Il est réellement et franchement féminin (en prenant sur lui-même nombre des qualités autrefois attribuées au Divin Féminin à présent éradiqué) et, selon de nombreuses histoires du Nouveau Testament, de façon atypique sympathique aux femmes. Mais comme sa mère Marie, il est aussi sans sexualité, sans humour. Jésus n’est pas espiègle, Jésus ne danse pas et comme son père, il est capable d’entrer dans une colère pharisaïque.

En fin de compte, le Christ est l’incarnation du sacrifice de soi, qui l’élève à la sainteté et au pouvoir de son Dieu Père. Le Christ n’est pas seulement le fils de Dieu, il est lui-même divin. Bien que le symbole de la crucifixion soit une profonde et complexe métaphore religieuse (enracinée, en partie, dans les mystères agraires pré-chrétiens tels que ceux d’Attis, Tammuz, Dionysus et Adonis), je ne peux m’empêcher de me souvenir de ma réaction, petite fille, à la vue du Christ sur la croix. J’ai reculé lorsque j’ai vu les clous plantés dans ses mains et ses pieds, le sang coulant des blessures, d’une entaille sous son cœur et son visage, où une couronne d’énormes épines blessait sa chair. L’image seule me terrifiait et plus je grandissais plus j’étais perturbée par le fait que Jésus était dans cet état à cause de la décision de son père de le sacrifier. Permettre que votre enfant soit violemment sacrifié, même pour une « bonne » cause (en sauvant l’humanité du « pêché »), reste quelque chose de violent et cruel – et vous ne pouvez pas échapper à la dure réalité que cela revient moralement à assassiner son propre enfant.

La crise du père absent et du fils sacrifié est partout présente dans notre culture moderne et ne peut avoir été plus violemment et douloureusement évoquée pour ceux d’entre nous qui ont vécu la guerre du Vietnam. En reflétant les actions de leur Dieu, les hommes ont envoyé leurs fils au massacre plutôt que de travailler à résoudre les problèmes de manière pacifique en Asie du sud-est. Nous avons été élevés avec ce genre d’idées du divin masculin, blessées, brutales, brutalisantes. Comment dépasser la souffrance et l’affliction de la souffrance ? Et, le plus important de tout, comment trouver un Dieu vivant, un Dieu présent qui danse dans la joie et embrasse la vie et la Déesse ? Où est-ce que commence le voyage ?

« Cernunnos », peinture digitale par Fabiola I. Vargas

Entrainer sa sensibilité

Allez, j’ai finalement consacré une petite heure à retranscrire et remanier une des traductions de l’été dernier =) J’avais choisi cet exercice car il me semblait très juste. « Ressentir le(s) monde(s) », n’est-ce pas magique, merveilleux, vital ? L’auteur conseille de partir dans un coin de nature pour réaliser l’exercice… mais même en pleine ville il est possible de « ressentir » la nature et aiguiser ses sens. Il m’est souvent arrivé, la nuit, en allant verser l’offrande ou simplement en ouvrant les fenêtres, de sentir l’air vibrer et de m’enivrer de puissantes odeurs d’humus. Ces sensations connectent directement au divin.

Dans les bois (octobre 2013)

Entrainer sa sensibilité
Par Phyllis Curott ©, traduction Lune

Exercice basique à avancé

Extrait de Witch Crafting, a spiritual guide to making magic.

Nous sommes une culture très occupée et passer rapidement à un état méditatif dans un cadre naturel n’est pas toujours chose aisée. L’activité physique – comme la randonnée, le jardinage et le nettoyage de l’espace naturel dans lequel vous êtes en train de travailler – peut vous aider à vous relaxer et à vous concentrer. Cela vous permettra également de profiter de la magie que le fait de prêter attention apporte. Vous souhaiterez peut-être enregistrer cet exercice pour l’écouter.

Après avoir fait quelques exercices physiques agréables et modérés, tels que la marche et des étirements, trouvez un cadre naturel qui vous attire. Cela peut être votre jardin de derrière, un parc local, un chemin sauvage ou tout autre lieu en plein air. Trouvez un « lieu de pouvoir » – un endroit qui vous donne un sentiment positif, ou bien, où vous recevrez un signe visible tel que la venue d’un animal qui ne serait pas dérangé par votre présence. Demandez au lieu la permission de travailler avec lui. L’idéal est de choisir un endroit où vous pourrez revenir, car chaque fois que vous travaillerez avec lui, le lieu deviendra plus puissant pour vous et vous contribuerez en retour à son bien-être.

Plus vous pratiquerez cet exercice, plus vous progresserez – cela dépend de la durée de votre attention et de vos sensations sur place, mais dix minutes est un bon laps de temps. Le but est d’isoler l’un de vos sens, puis de vous concentrer sur celui-ci, en prêtant attention à votre expérience de l’environnement naturel que vous avez choisi.

Asseyez-vous, fermez les yeux, respirez profondément, et débarrassez votre esprit de toutes pensées vagabondes. Maintenant, reportez votre attention sur votre corps. Prêtez attention à comment vous vous sentez – avez-vous froid, chaud, êtes-vous assis inconfortablement par terre ? Et à présent, portez votre attention sur l’un de vos sens et ce que vous éprouvez par rapport à lui.

Commencez par écouter les sons portés par l’air. Restez calme et écoutez réellement. Qu’entendez-vous ? Entendez-vous des sons gênants tels que la circulation, des machines, des avions ou les voix d’autres personnes ? Je vis à la campagne mais il y a presque toujours un fond sonore humain, même tard dans la nuit. Vous pourriez avoir quelques difficultés à trouver un lieu qui soit sans pollution sonore, mais nous pouvons apprendre même de cela.

Si, en effet, vous percevez un fond sonore lié aux hommes, écoutez-le tout d’abord. Prêtez attention à ce que sont ces sons, d’où ils viennent et, le plus important, ce qu’ils vous font ressentir. Maintenant, ouvrez vos yeux et regardez autour de vous. Appréciez la beauté du lieu.

Lorsque vous vous sentez prêt, fermez les yeux à nouveau et, cette fois-ci, focalisez-vous sur les sons naturels du lieu que vous avez choisi. Laissez s’en aller toute pollution sonore qui vous distraie, de la même façon que vous avez appris à vous débarrasser de toutes pensées distrayantes lors de vos méditations. Focalisez-vous sur les sons naturels et gardez vos yeux fermés lorsque vous écoutez avec attention.

Qu’entendez-vous ? Un oiseau ? Plusieurs oiseaux ? Un troupeau ? Où sont-ils ? Est-ce qu’ils communiquent entre eux ? Comme le font les corbeaux ? Est-ce qu’ils chantent ? Qu’est-ce que leurs chants vous font ressentir ? Entendez-vous le vent souffler ? Les feuillent bruisser ? Les arbres murmurer ? Entendez-vous les chiens aboyer ? Entendez-vous les insectes, les abeilles, les grenouilles ? Entendez-vous des bruits que vous n’aviez jamais remarqué auparavant ? Comment les ressentez-vous ?

Ecoutez le silence entre les sons.

Si votre esprit commence à vagabonder, vous pouvez revenir au moment présent en vous focalisant à nouveau sur les sons de la Nature. Lorsque vous êtes prêts, ouvrez les yeux. Voyez si vous pouvez localiser les sources des sons. Savez-vous ce qui fait ces sons ? Ecoutez la nature, qu’est-ce que cela vous fait ressentir ? Vous souhaiterez peut-être consigner vos ressentis et ce que vous avez expérimenté dans votre journal magique.

Essayez de retourner sur ce lieu à différents moments du jour et de la nuit (si c’est sans danger) et au cours des différentes saisons. Prêtez attention aux différences dans ce que vous entendez et ressentez.

Dans le futur, lorsque vous retournerez en ce lieu, ou répéterez cet exercice d’écoute attentive, vous pourriez entendre une chanson ou un poème à l’intérieur de vous. Lorsque vous ferez à nouveau cet exercice, vous souhaiterez peut-être commencer par une chanson ou une récitation selon votre inspiration.

Assurez-vous de remercier le lieu, et vos compagnons.

L’exercice « entrainer sa sensibilité » peut, et devrait, être employé pour développer vos autres sens également. Pour la vue, remarquez tous les détails que vous pouvez : pour l’odorat, concentrez-vous sur ce que vous sentez, etc. Essayez cet exercice à nouveau à différents moments de la journée, ou lors des différentes saisons et remarquez ce qui change.

Alors que vous apprenez à focaliser votre attention, vos sens – vue, ouïe, goût, toucher, odorat, intuition et les autres sens naturels que nous avons tous négligés, en vivant dans un monde civilisé à outrance – deviendront plus vifs et plus aiguisés. En prêtant attention à notre professeur, la Nature, vous commencez à vous harmoniser à Son rythme, à la sainte sagesse de Son flux d’énergie. Elle fait de vous une Sorcière. C’est tellement merveilleux de vivre dans un monde magique ! Alors que je suis en train d’écrire cela, j’entends un oiseau qui ne m’est pas familier dans l’air calme d’un après-midi d’hiver. J’ai aussitôt ouvert ma porte pour voir deux piverts explorer l’un des bouleaux du jardin de devant. Ce sont de rares et merveilleux visiteurs – ainsi, je vous envoie leurs salutations et encouragements !