Les Vieilles des Bois. Esprits des plantes, Dame Holle.

pervenche

Allez, ça faisait longtemps que je n’avais plus traduit Rätsch et Müller. Cette fois, le texte n’est pas issu de Witchcraft Medicine mais de Pagan Christmas. The Plants, Spirits, and Rituals at the Origins of Yuletide.

Les Vieilles des Bois

Par Christian Rätsch et Claudia Müller-Ebeling. Traduction Lune.

« Vieille des bois » est le nom que l’on donne aux esprits féminins, ou âmes féminines, des plantes. Ces êtres enseignent aux humains les pouvoirs des plantes. « La Vieille » est la déesse païenne de l’hiver. Son amant est « l’homme vert », le dieu de l’hiver. Ils sont Frau Holle et Wotan. Pour eux, le houx, le lierre, le gui et les rameaux verts hivernaux étaient sacrés. « À une époque, les décorations de plantes à feuillage persistant furent interdites car « païennes », pourtant elles restent toujours ‘en vogue’ ». (Storl 2000b, 330*).

Quiconque, dans son jardin, fait une place aux plantes de genre Vinca (ndlt : pervenche) deviendra proche d’une « vieille des bois ». Dans les contes de fée et dans la langue vernaculaire, Vinca porte de nombreux et différents noms : la femme de la foret, la femme sauvage, la femme des mousses, Frau Holle, et Grand-Mère Sempervirente (Golowin 1985, 81*). Ces noms communs sont aussi utilisés pour d’autres plantes forestières. Par exemple, l’achillée musquée (Achillea moschata) est également appelée demoiselle de la forêt et demoiselle sauvage ; le sureau (Sambucus nigra) est appelée Frau Holler ou simplement Holler; la fausse mandragore ou ail de la sainte-victoire (Allium victorialis) porte le nom de fräulein (mademoiselle) ; et la ballote (Ballota nigra) est connue sous le nom de vieille femme.

Nous connaissons la Frau Holle du conte de fée des frères Grimm « Goldmary and Pitchmary. » Dans l’ancien temps germanique, elle était révérée en tant que déesse de la Terre et de la fertilité, sous le nom de Hludana (Hlodyn, Hlödin), et en tant que mère mythique de Thor (Donar), le dieu du tonnerre. Frau Holle et son fils Donar sont associés à quasiment toutes les plantes sempervirentes, importantes dans l’ethnobotanique de Noël, en particulier le houx et le gui.

Frau Holle conduisait le Hollen ou Hulden, une horde d’esprits démoniaques, comptant parmi les membres de la chasse sauvage de Wotan. Selon la légende, elle et son fils Donar vivaient à l’intérieur des plantes connues sous le nom de « wintergreen », pervenches et immortelles. Holle était un être de l’autre monde, et sa nature était perçue comme ambivalente, à la fois gentille et sévère. Dans son empire du monde-d’en-bas, aux enfers, elle recevait les âmes des morts et libérait celles des nouveaux-nés. Aux alentours de l’an 1000 après JC, l’évêque Burchard de Worms associa Frau Holle à la déesse latine de la forêt et de la chasse, Diane. D’après les Catholiques, toutes deux étaient des déesses sorcières.

La plante à feuilles charnues, la joubarbe des toits, appelée « hens and chicks » ou « houseleek » (Sempervivum tectorum L., Crassulaceae) en anglais est connue en Europe, non seulement comme « wintergreen » (ndlt : nom qui renvoie à tout végétaux sempervirents, c’est à dire à feuillage persistant. Utilisé comme nom générique pour plusieurs plantes de ce type.), mais aussi par des noms populaires comme barbe de tonnerre, fleur de tonnerre, herbe de tonnerre, Jovis barba ou barbe de Jupiter (Jupiter = Donar, le dieu tonnerre). On retrouve le nom « d’ancienne » (ou de vieille) pour de nombreuses espèces du genre Pyrola (Pyrolaceae), largement connue en Anglais sous le nom de wintergreen (ndlt : cf plus haut). Wintergrün est le nom allemand pour Pyrola media, aussi bien que pour Pyrola rotundifolia, que l’on nomme également winterpflanze (plante d’hiver). Dans la langue vernaculaire allemande, la plante de la même famille Chimaphila umbellata (pipsissewa ou prince’s pine, autrefois Pyrola umbellata ; ndlt : en français : Chimaphile à ombelles ou Pyrole en ombelle) est appelée winterlieb (cher hiver), wintergrün (vert hiver), et waldmangold (homme-forêt d’or). Polygala paucifolia (Polygalaceae) est appelé wintergreen qui fleurit.

La petite pervenche (Vinca minor L., Apocynaceae) contient des alcaloïdes indolés. Sa fleur à 5 pétales ressemble à pentagramme, « le signe des druides ». C’est pourquoi, elle était considérée comme une plante de sorcières et magiciens. “Lors de la récolte des végétaux sempervirents, tout ceux qui les ramassent, doivent être exempts de toute impureté » (Bourke 1913, 409*). (Kathmandu, Nepal, Mars 2003)

La grande pervenche (Vinca major L., Apocynaceae) est aussi appelée singrün ou violette de sorcier. Elle est considérée comme une protection magique contre les prétendus kehrhexen, des êtres dangereux venant d’un monde sans dessus-dessous : « Ces sorcières se promènent la plupart du temps la tête à l’envers, mais vous ne pouvez pas les voir. Quiconque est curieux de voir une sorcière sans dessus-dessous, aura seulement besoin de placer trois brins de grande pervenche au-dessus de la porte où passe la sorcière, et il verra tout de suite que sa tête est à l’envers. » (Söhns 1920, 45*).

* Storl, Wolf-Dieter.2000b. Pflanzen der Kelten. Aarau: AT Verlag.

* Golowin, Sergius. 1985. Die Magie der verbotenen Märchen: Von Hexendrogen und Feenkräutern. 5th ed. Gifkendorf: Merlin. (Orig. pub. Merlin Verlag, Hamburg, 1973.)

* Bourke, John Gregory. 1996. Der Unrat in Sitte, Brauch, Glauben und Gewohnheitrecht der Völker. Frankfurt/M.: Eichborn (Orig. Pub. 1913.)

* Söhns, Franz. 1920. Unsere Pflanzen. Ihre Namenserklärung und ihre Stellung in der Mythologie und im Volksglauben. 6th ed. Leipzig: Teubner.

Graines de dagyde

Baies de navet du diable ramassées cet après-midi

Je poursuis les récoltes au gré de mes flâneries champêtres. Cette fois-ci, j’ai ramassé des baies de bryone. Cela faisait un petit moment que je souhaitais m’amuser à faire pousser ces fausses mandragores, mais authentiques racines sorcières. Je compte procéder de deux manières. La première, en semant dans les jours qui vont suivre quelques graines directement en pleine terre. La seconde, en mettant à sécher les graines et en les semant au printemps prochain soit directement en pleine terre à l’extérieur, soit dans des godets. Je pense faire de même pour mes graines de mandragore, ainsi que pour mes graines de sureau que je suis en train de récolter également ces jours-ci.

C’est une plante qui pousse toute seule dans le jardin et dans les alentours mais, évidemment, jamais au bon endroit. Au potager, nous sommes obligés de les arracher car elles sont terriblement envahissantes et étouffantes. Dans les friches, elles ne sont jamais vraiment accessibles. Leurs racines sont fragiles, au moindre coup de bêche, elles sont tranchées. Alors pourquoi ne pas les cultiver me suis-je dit ?

J’ai déjà parlé de cette herbe de feu dans de précédents articles sur ce blog ou sur le site des Portes du Sidh, ainsi que des « poupées magiques ». Pour les plus curieux, voici quelques liens :

Cela vous fera de la belle lecture. Si le navet du diable vous inspire, j’espère aussi que tout ceci ne restera pas simplement de la théorie et que cela vous donnera envie de travailler avec cette plante magique. Attention toute de même, elle est toxique ! On la trouve un peu partout en France.

C’est une plante de lisière… et donc de sorcière. Un pied dans chaque monde !

Fleurs de bryone

Les offrandes & la petite fête

J’ai décidé de supprimer cet article sur le blog pour le poster sur le Sidh. Il est disponible à cette adresse désormais : http://www.le-sidh.org/site/article_969.html

Cierge de Notre Dame Sorcière

Je poursuis mon projet et après avoir commencé la confection de quelques huiles et encens que je maitrisais déjà, je me suis lancée dans la fabrication de « bougie sorcière » en m’inspirant de quelques-unes de mes lectures. J’emploie des feuilles de molène comme mèche, récoltées et séchées le mois dernier.

On raconte qu’au Moyen-Âge, la hampe de la molène était trempée dans du suif et utilisé comme torche. D’ailleurs, on donne à cette plante d’autres noms évocateurs, parmi ceux-ci on retrouve « Cierge de Notre Dame » ou encore « Fleur Grand Chandelier ». Les anglais parlent même de cierge de sorcière. J’ai d’ailleurs traduit ce qu’en dit Margaret Grieve dans son Modern Herbal.

Le duvet sur les feuilles et la tige font un excellent « amadou » lorsqu’ils sont secs, aisément inflammables à la moindre étincelle. Ils étaient, avant l’introduction du coton, utilisés comme mèche à lampe. C’est de là que vient l’un de ses autres noms anciens : « Candlewick plant » (ndlt : qu’on pourrait traduire en français par « L’herbe à Mèche-à-bougie »). Un vieille superstition raconte que les sorcières, lors de leurs incantations, utilisaient des lampes et des bougies avec des mèches de ce type, et l’un de ses autres nombreux noms est : « Hag’s Taper » (ndlt : « Cierge de la Vieille Sorcière), en référence à cela, bien que l’on dise que le mot « hag » provienne du mot Anglo-Saxon Haege ou Hage (une haie), le nom « Hedge Taper » (ndlt : « Cierge des Haies) existe également. Il laisse entendre que les hampes robustes de cette grande plante des haies, parsemées de fleurs jaunes pâles, peuvent suggérer un grand cierge poussant dans les haies, un autre de ses noms campagnards, en effet, est « Cierge de Notre Dame ». Lyte (The Niewe Herball, 1578) nous dit « que la hampe entière, avec ses agréables fleurs jaunes, manifeste l’idée d’une bougie ou cierge en cire habilement façonné ».

On utilise un autre nom encore pour cette plante : « Les  Torches », et Parkinson nous dit :

 » Verbascum provient de la regia Latines Candela, et Candelaria,  parce que dans les temps anciens les tiges étaient trempées dans le suif à brûler, que ce soit lors de funérailles ou en d’autres occasion. » *

* Note de Lune : Verbescum est un terme déjà employé par Pline l’Ancien, mais son origine reste obscure.


Frau Holle, la Dame au Sureau

Du haut de notre montagne, les baies commencent à mûrir ces jours-ci. J’ai débuté leur récolte avec en tête deux ou trois expérimentations, certaines médicinales pour la famille et d’autres magiques pour mon futur e-shop :) Je partage avec vous l’une de mes photos de baies encore vertes, prise il y deux semaines et un peu de mes lectures (extrait de Witchcraft Medecine, par Müller-Ebeling, Rätsch et Storl. Traduction Lune) :

Baies de sureau encore vertes

Le sureau (sambucus nigra) est un arbre sacré, un arbre rituel autour duquel on danse en cercle. Il était sacré pour Dame Holle, la « déesse sorcière ». Lors du solstice d’été, lorsque le sureau est en fleurs, on l’associait à l’extase des amours d’été.

À la Saint-Jean lorsque le sureau fleurit, c’est alors que l’amour est le plus grand !

On midsummer when the elder blooms, then love is even greater !

Les fleurs étaient trempées dans de la pâte puis frites pour en faire des  beignets de sureau au sucre. La personne qui en mangeait le plus était sensée exécuter le meilleur saut au-dessus du feu du solstice. À Allgäu, en Allemagne, le saindoux dans lequel avaient été frits ces beignets était conservé et utilisé comme baume médicinal. Généralement, on considère le sureau comme étant la « pharmacie » du fermier.

Écorce, baies, feuilles et fleurs,

Chaque partie recèle force et bienfait,

Chaque partie recèle plein de bénédictions !