Je supprime un article…

Le dernier article sur la peur écrit par Nuno dans le cadre du projet Sylphe m’a beaucoup touché. Alors que j’étais enthousiaste à l’idée de participer à ce projet il y a quelques mois, je me suis aperçue que je n’aimais pas écrire sur des sujets quand je n’étais pas prête à le faire. A vrai dire, en ce moment, je n’ai pas vraiment envie de m’exprimer sur ce blog à propos de mes pratiques ou de ma vision de la sorcellerie. C’est la raison pour laquelle après une première participation, j’ai préféré quitté le projet. En écrivant l’article sur le thème des signes et présages, j’avais l’impression de trahir toutes les subtilités de ma perception et de mon vécu. J’avais le sentiment de figer dans le marbre quelque chose qui ne pouvait l’être ! Tout ça pour dire que je supprime de ce blog l’article en question (le corbeau qui boitait devant une église) puisqu’il ne me correspond pas.

goutte-de-pluie-alchémille

Bénir et être béni

Je partage un autre extrait du dernier livre d’Ingerman sorti en français

Bénir et être béni : le pouvoir de la gratitude

Exercice : la marche de gratitude

Prenez chaque jour un petit moment pour faire une marche de gratitude. Vous pouvez l’effectuer dans la nature, un parc, voire en milieu urbain.

  1. Chaque jour, durant quelques minutes – en allant ou en revenant du travail, par exemple – prenez un moment pour dire merci. Ne priez pas, ne demandez rien. Contentez-vous de remercier pour l’eau, l’air, la terre et le soleil, pour la vie qui vous est donnée. Remerciez les gens que vous aimez et qui vous aiment eux aussi. Remerciez ceux qui vous inspirent. Remerciez votre vie.

  1. Promenez-vous et exprimez votre gratitude et votre appréciation pour les fleurs, les arbres, les oiseaux, les nuages, les lacs, les rivières, les océans, les animaux, toute cette beauté dans la nature qui vous entoure. Si vous marchez dans la ville. Vous pouvez malgré tout bénir les oiseaux, les arbres, l’air, l’eau, la Terre, le ciel, le Soleil, la Lune et les étoiles. Selon un enseignement spirituel éprouvé, ce que vous bénissez vous bénit en retour. Chaque fois que vous marchez dans le monde, en bénissant toute forme de vie, vous êtes béni à votre tour. De la sorte, vous reconnaissez également la présence du divin dans la création.

En vous concentrant sur ce qui vous emplit de gratitude, sur la beauté de la vie, et sur ce qui va bien, et non ce qui ne va pas, vous édifiez des fondations solides pour soutenir votre vie et le chemin que vous allez faire.

Heidi est à la fois l’une de mes étudiantes et une amie, en Allemagne. Elle s’occupe de nombreux animaux et a beaucoup d’amour pour la nature. Elle s’efforce de s’acquitter de toutes ses tâches dans la vie en conscience, et voici ce qu’elle nous dit :

Lorsque je regarde ma chienne dans les yeux et que je la caresse, je me dis que l’amour que j’ai pour elle s’écoule vers tous les chiens de la planète.

Et lorsque je caresse mon cochon sur la panse,je me dis que cette douceur et cette lumière touchent tous les cochons du monde, en particulier ceux qui sont dans des abattoirs, ainsi que les personnes qui y travaillent.

Quand je remplis un seau d’eau pour mes chevaux, je charge cette eau de lumière et je me dis que ma lumière se propage à toutes les eaux du globe.

Je bénis la Terre chaque jour. Lorsque je promène mon chien dans la nature, je bénis le sol et j’envoie mes remerciements dans les profondeurs terrestres. Désormais, je sens que la Terre commence à m’adresser ses remerciements en retour. Alors, quand je touche le sol de mon pied droit, je lui envoie mes bénédictions et mes remerciements, et quand je pose mon pied gauche sur la Terre, je sens qu’elle me renvoie ses mercis et sa puissance. J’ai le sentiment qu’un pouvoir circule ainsi entre nous, et il s’établit un lien très particulier avec elle.

Ce que Heidi dit là souligne ce principe de circularité des bénédictions. Elle nous confie aussi ce qu’elle fait en hiver : « Lorsque la neige est tombée, je vais marcher dans les champs avec mon chien et j’écris dans la neige du bout du doigt paix, amour, sagesse, liberté, joie… Et, quand le soleil se met à briller, je me dis que l’eau de la neige infuse ces mots dans la Terre même. »

On peut faire de même en écrivant dans la terre et en laissant ensuite nos paroles pénétrer dans le sol, après une pluie de printemps, d’été ou d’automne…