Sorcières, mythes & réalités [expo]

Depuis quelques années déjà, j’avais envie de visiter les expositions régulières sur la sorcellerie et les rebouteux d’Auvergne organisées par la SEREST (Société d’Études et de Recherches des Survivances Traditionnelles, dont le président est Hugues Berton, ethnologue et auteur de quelques beaux ouvrages sur la sorcellerie de nos campagnes). Hélas, elles n’ont lieu que l’été dans ma région et c’est une période durant laquelle je suis occupée. Ayant ouïe dire qu’une partie de ces expositions seraient visibles à Paris cet automne, j’ai profité d’une semaine de vacances pour y faire un saut.

L’exposition s’intitule « Sorcières, mythes et réalités » et se tient au Musée de la Poste (15ème arrondissement) du 23 novembre 2011 au 31 mars 2012.

Si celle-ci vous intéresse, je vous recommande d’assister aux visites guidées, qui, selon le petit fascicule donné à l’entrée de l’expo, n’auraient lieu qu’à date précise : 8 décembre 2011, 12 janvier 2012, 9 février 2012 et 15 mars à 19h…  J’ai pourtant eu la chance d’arriver à l’heure d’une telle visite, peut-être était-ce pour le premier jour de cette expo ? À tout hasard, téléphonez au musée et renseignez-vous :)

L’exposition se décompose en 5 parties :

  1. L’imaginaire de la sorcellerie (œuvres d’artistes picturaux du XVIIe et XXe siècle)
  2. La sorcellerie au cinéma (extraits du film « Heksen » (1920) ; affiches de cinéma, maquettes de décor…)
  3. La chasse aux sorcières (l’Histoire authentique d’une exécution d’une centaine de personnes… racontée à travers une série de tableaux réalisés en 1938 pour le musée basque de Bayonne, par José de la Peña)
  4. Les pratiques magiques (une collection d’objets liés à la sorcellerie, exorcisme, envoûtements, mais aussi à la guérison, à la divination, à la protection.)
  5. Chez Mme P. (Mme P.  était la sorcière d’un petit hameau de la Creuse du début du siècle et faisait réaliser aux artisans locaux moult diables en terre cuite et autres objets à enchanter… Aussi étranges les uns que les autres.)

Si vous en avez la possibilité, avant votre visite au musée, parcourez les livres de Berton, notamment « Les Objets de Sorcellerie » aux éditions De Borée. Le conférencier n’évoquant pas forcément en détail chaque objet de la partie n°4… Ce qui est particulièrement dommage pour toute personne s’intéressant au reboutage et à la sorcellerie des campagnes.

C’est sur le tableau de Louis Maurice Boutet de Monvel, « La Leçon avant le Sabbat » (huile sur toile, 1880), que commence l’exposition. Et il fait son effet ! On entre dans un univers féminin, au-delà même de personnages représentés, la composition nous renvoie au sexe féminin, avec ses grandes lignes en forme de V. On pénètre facilement dans ce tableau, même si on met un certain temps à découvrir des détails qui n’en sont plus que savoureux. La vieille femme qui instruit la jeune femme séduisante, le corps nu enduit d’un onguent, le balai entre les jambes, prête à s’envoler pour le sabbat. La mort est omniprésente dans ce tableau, à travers la vieille et laide sorcière ainsi que le crâne à ses pieds ou encore cette chouette, oiseau nocturne, associé à la sorcellerie et annonciateur de mort. Mais je me tais… À chacun d’y voir ce qu’il y souhaite.

À travers quelques tableaux choisis, le cinéma, on se laisse porter par la visite commentée vers d’autres temps, l’Histoire et notre imaginaire, personnel et collectif. C’est intéressant et instructif, même si parfois les affirmations dites par le conférencier empruntent des raccourcis (la chasse aux sorcières serait née de la frustration sexuelle des hommes d’église, les conduisant à une certaine misogynie… Mais peut-être que misogynes et frustrés, ils l’étaient déjà avant même d’entrer dans les ordres…)

J’ai apprécié également que l’hystérie soit évoquée dans un tel contexte, bien que je sois restée un peu sur ma faim.

Voilà mes impressions en vrac, livrées avec l’esprit embrumé par une vilaine grippe :o) Sachez que l’exposition n’est pas très grande. Elle intéressante et bien pensée. J’ai été heureuse de pouvoir la visiter. Mes deux sorcières de copines qui m’accompagnaient ont également été enchantées par cette exposition.

Les évènements choisis (il y en a d’autres, renseignez-vous) autour de l’exposition :

  • Enquêtes extraordinaires : les Guérisseurs – Documentaire de Stéphane Allix, 1er décembre 2011 à 19h.
  • Les Sorcières – conférence de Hugues Berton, le 22 mars 2012 à 19h (j’espère pouvoir y assister :o))

Et quelques images de l’expo… Prises avec mon pitoyable téléphone portable :o)

Un ancien article sur ces objets ici

Complétude, les récoltes de Samhain

Si le divin est partout, je sais alors que les situations, les évènements, ne surviennent pas dans ma vie par hasard.

Dès lors, je peux décider soit de me laisser happer par mes propres ténèbres, et accessoirement celles des autres (à vrai dire celles-ci n’ont de sens que si elles font écho en moi), soit de concentrer mon attention sur la lumière émergente personnelle, et accessoirement extérieure.

Quand je fais ce dernier choix, je peux sentir ce feu intérieur, divin, qui diffuse lentement dans mon corps, mon esprit et mon âme sa douce chaleur bienfaisante… Pour enfin se distiller dans ma vie extérieure et faire fleurir mon propre printemps.

Quand je me tourne vers cette lumière, j’ai la capacité de voir à mes pieds un tapis de joyaux inestimables, qui en réalité a toujours été là. Quand je prends conscience de ma propre lumière, j’ai enfin la possibilité de voir le divin dans le monde, qui peut se traduire par l’amour, la générosité et la bienveillance des êtres qui nous sont chers.

Je peux alors remercier le divin sous toutes ses formes, la dualité, la pulsion de vie, la pulsion de mort et cette grande bénédiction qu’est le libre arbitre qui en découle. Et de fait l’incommensurable générosité des dieux.

Bénédictions !