Le Livre des Fleurs (suite & fin)

Anémone Sylvie

Anémone Sylvie

Le Livre des Fleurs

(1901)

Écrit par Eden Coybee , traduit de l’anglais par Lune, illustré par Nellie Benson

« Ô Rose de Noêl ! Ô Rose de Noêl ! » appela la Ruasialka, en cette nuit particulière dont je vous parle.

Une petite voix répondit sous la neige :

« Je suis ici, bonnes dames ! »

Et la Rose de Noël, en tenant dans une main sa tige en fleur, jeta un œil au-dehors.

« Voulez-vous rejoindre la danse ? » demanda Rusialka.

La Rose de Noël tendit ses mains, et le joyeux groupe dansa en chantant une chanson que les fées apprécient, jusqu’à ce qu’elles arrivent en un lieu où le Lierre dormait sur un petit lit de terre brune, sous une couverte blanche et lumineuse de neige – avec toutes ses grappes de baies reposant sur ses feuilles, « Réveille-toi ! Réveille-toi ! Petit Lierre ! » cria Rusialka.

« Ô, est-ce que le printemps est revenu ? » demanda le Lierre2 avec une voix endormie. « Ou êtes-vous deux tristes amies qui, en se séparant, souhaitent donner l’une à l’autre un témoignage de leur véritable amitié ? »

« Nous ne sommes pas de tristes amies du tout, » répondit Rusialka, « Nous sommes les Petites Dames qui viennent s’ébattre sur terre et nous voulons que toi, Lierre, te joignes à nos ébats. »

« Ne fait-il pas froid dehors, dans le monde, en ce moment ? » demanda la petite voix à nouveau.

« La danse vous réchauffera, » répondit la fée. « Et, au matin, avant que nous partions, vous retournerez vous coucher dans votre lit chaud. »

Ainsi, le Lierre rejoignit la danse, et bien gaiement, elles tournoyèrent, tournoyèrent, jusqu’à ce qu’elles doivent toutes s’assoir pour reprendre leur souffle.

Surplombant toutes les autres, sur une motte de terre tendre, était assise Rusialka. Toutes les petites fées blanches s’assirent en cercle autour d’elle. Et le Lierre et la Rose de Noël se prirent la main l’une l’autre et firent la révérence devant Rusialka.

« Blanche Dame, » dit le Lierre, « Si vous le voulez, nous irons réveiller nos petites sœurs, et lorsque nous serons toutes là, nous exécuterons en votre compagnie une danse que les brises nous ont appris au printemps dernier. »

« Allez, alors. » dit-elle, « et ramenez-moi vos sœurs. »

Ainsi, la Rose de Noël et le Lierre s’en allèrent et revinrent bientôt avec une autre petite fleur-sœur, le Jasmin Jaune.

« Jasmin, » dit Rusialka, « tu es légère et fine et gracieuse ! » Je peux voir que tes fleurs porteront un coup au cœur le plus tendre, car tu signifies ‘ séparation, ‘ mais de toutes les messagères du malheur, tu es la plus douce, tendre Jasmin. »

Ensuite, la Marguerite de la Saint-Michel s’avança également.

« Et toi, Marguerite, » ajouta Rusialka, « tu adoucies les plus amères des séparations par de tendres adieux. »

Le Jasmin poussa un soupir et fit une révérence.

« Si je porte un triste message, » dit-elle, « ma sœur Perce-neige est toujours à portée de main – elle signifie ‘ espoir. ‘ »

La Perce-neige s’avança et fit une révérence à la fée.

« Je suis le héraut de tous nos spectacles floraux, » dit-elle. « Et certains m’appèlent la ‘Jolie Demoiselle de Février’. »

Rusialka agita sa baguette de cristal par trois fois et dit : « Je peux voir un jardin clos en un lointain pays. Une cloche sonne pour les vêpres, et toutes les religieuses, yeux baissés, se hâtent pour traverser le cloitre et passer la porte de la chapelle. La plus jeunes d’entre elles regardent un lit de perce-neige pencher leurs têtes blanches et elle sourit, car elles sont l’emblème de l’espoir, et un symbole de sa vie. »

La Perce-neige fit une révérence et fit un pas de côté pour laisser place à la Violette.

Elle jeta un œil timide de sous un bouquet de feuilles et un doux parfum emplit l’air.

« Les Violettes pour la fidélité, » dit-elle, en se tournant vers le Jasmin Jaune, « Je réconforte les amis qui sont séparés. Quelles images voyez-vous pour moi, Dame Rusialka ? »

Rusialka agita sa baguette de cristal et dit :

« Appèle tes radieuses sœurs qui apportent à la fois la joie et l’espoir et présentez-vous devant moi. »

La Perce-neige se releva pour obéir à l’ordre de la fée, et revint bientôt en tenant l’Aubépine et le Pavot par les mains.

« J’apporte sécurité et espoir, » dit l’Aubépine, « et je protège les bonnes gens de la campagnes de toute nuisance, si ils suspendent, en Mai, un bouquet de mes fleurs dans leurs maisons. Car, alors les méchantes fées et les méchants elfes, qui sont vos ennemis, Blanches Dames, tout autant que les ennemis des hommes, ne pourront faire aucun mal. » « Moi aussi. » dit le Chèvrefeuille, « Je combats également les méchants petits lutins et préserve de tout mal les bonnes vaches à lait et les bêtes qui nourrissent et habillent les pauvres enfants dans les froides terres du nord. »

Ensuite, le Pavot parla. Elle ne semblait pas être le moindrement timide et elle secoua les plis de son manteau écarlate près de sa tête et toutes les graines de sa frange noire tremblèrent et se détachèrent tel un halo.

« Et je suis la consolation, » dit-elle. « L’espoir qui surgit de nouveau après le doute. »

« Si tous étaient loyaux et authentiques. » chuchota la Violette, « on aurait bien moins besoin de toi, orgueilleux Pavot. »

« Ou, » suggéra le Saule, « si les gens écoutaient mes avertissements et n’enchainaient pas leurs cœurs, Je serai l’emblème de la liberté. »

Mais la Rose et le Chrysanthème s’avancèrent à ces mots et firent la révérence à Rusialka.

« Elles ne parlent pas sagement ni sincèrement, Ô chère Blanches Dames, » dirent-elles, « Nous signifions toutes deux ‘amour’, et nous savons que sourires et joie nous accompagnent. Demandez à nos sœurs qui nous connaissent le mieux. »

« Je suis la toute première amitié, » dit la Pervenche, pensivement, tandis qu’elle s’approchait et se plaça devant la Rusialka. « Même les personnes les plus âgées sur terre trouvent en moi le réconfort. »

Puis la Clématite apparut. Elle soulevait une bannière semblable à une couronne sur sa tête. « Je suis la pauvreté, » dit-elle, « mais même la pauvreté est douce avec de l’amour, car l’amour peut rendre toutes choses magnifiques. »

Mais deux fleurs s’avancèrent tristement, et soupirèrent tandis qu’elles firent la révérence à Rusialka. Elle étaient Œillet et Anémone.

« Hélas ! Pour mon pauvre cœur, » dit la première, « Pour moi l’amour n’apporte que tristesse. »

« Et lorsque les gouttes de rosée tombent, » dit la seconde, « Je pense qu’elles sont les larmes de tout ceux qui sont comme moi, abandonnée. »

L’Anémone Sylvie s’avança hardiment et un souffle de brise parcouru ses cheveux et gonfla sa bannière.

Je sais que les larmes sèchent et laissent place aux sourires, » dit-elle.

« Oh, ne pleure pas tendres petites sœurs, » dit le Bleuet, avec douceur, « Voyez, Primevère et moi vous prendrons par la main et vous conduirons sur la lumineuse et claire parcelle près de l’arbre de la Dame Sureau, où nous jouerons ensemble jusqu’au matin. »

Tandis qu’elles disparaissaient, elles entendirent la voix de Rusialka :

« Ô, hâte-toi, Mûrier, » dit-elle, « Hâtez-vous, Fusain, et Houx et Gui, car avant que l’heure la plus froide qui précède l’aube ne soit passée sur la terre vos petites sœurs doivent toutes être de retour dans leurs petits lits chauds. »

Alors, toutes quatre, main dans la main, s’avancèrent et firent la révérence. Puis le Houx embrassa le Gui. Le Mûrier et le Fusain soulevèrent leurs bannières bien haut, tandis que toutes les fleurs défilèrent main dans la main.

Elles marchèrent droit jusqu’à l’arbre de la Dame Sureau et Rusialka frappa une fois, deux fois, trois fois, avec sa baguette magique.

La Dame Sureau sortit de son arbre et sourit aux fleurs.

« Bonne nuit, mes enfant, » dit-elle, « Bonne nuit, et adieu jusqu’au Printemps. »

Et ensuite les fleurs folâtrèrent et dansèrent joyeusement ; et à l’aube du jour, elles laissèrent retomber leurs têtes et s’endormirent, et les fées les ramenèrent à leurs petits lits chauds et les recouvrirent de leurs scintillantes couvertures blanches.

Et alors toutes les Blanches Dames grimpèrent sur leur rayon de lune et s’envolèrent tout là-haut, là-haut, au Pays des Fées.

2 (ndlt : j’ai traduit par *le* lierre mais il s’agit en réalité d’une demoiselle lierre. Cela s’appliquera à toutes les autres fleurs.)

04. avril 2010 par Lune
Catégories: De l'autre côté de la haie, Livres, musiques, films... | Tags: , , , , , , , , , | 2 commentaires

(2) commentaires

  1. Mais de rien :)