Esprit Gardien de l’Eau, bénédiction.

Extrait de Wheel of the Year par Pauline Campanelli ©, traduction Lune

Si vous récoltez de l’eau d’une source, d’un puits ou d’une marre à des fins magiques, il est recommandé de vous présenter à l’esprit gardien de cette source. Cet esprit, habituellement invisible, peut se manifester sous différentes formes – un triton ou une libellule, par exemple. C’est cet esprit qui préserve le pouvoir magique du lieu ou de ses eaux. Communiquez avec l’esprit sur les plans intérieurs (ndlt : dans l’Autre-Monde), et laissez toujours une offrande ou un souvenir dans le bassin, une pièce ou une fleur à la place de l’eau que vous avez recueillie, en disant quelque chose comme :

« Avec une profonde gratitude, je laisse ce présent
Pour l’Esprit Gardien de ce puits.
Pour l’eau que j’ai récoltée
Puisse-t-elle m’aider au cours des rites sacrés. »

Pour représenter cet élément sur notre autel, nous collectons l’eau d’une certaine source qui coule entre deux rochers, sur une corniche surplombant le fleuve Delaware (ndlt : fleuve du Nord-Est des Etats-Unis). Cette source a la réputation, dans la région, de donner une bonne santé et de nombreuses personnes viennent prendre leur eau de table là-bas. Bien que nous ne rencontrons jamais personne lorsque nous récupérons notre eau, nous avons toujours plaisir à remarquer que les rochers alentours sont maintenus propres et blanchis. Et même s’il y a quelques traces de pas sur la route, elle est exempte de tout déchets de pique-nique ou de pêcheurs. Nous aimons à penser que c’est le gardien de la source qui la préserve si joliment.

Même si vous laissez un présent au puits ou à la source à chaque fois que vous y récupérez de l’eau, il est particulièrement bon, au cours du mois de Mai, de bénir le lieu des eaux magiques avec un petit bouquet de fleurs ou d’herbes, ou même de s’efforcer de visiter différents lieux – puits magiques, marres profondes et mystérieuses, courants rapides et puissantes cascades – en laissant une offrande florale à chacun, sans rien prendre en retour.

La Coupe de Mai

Il y a deux ans tout juste, j’avais donné sur ce blog ma recette du vin de Beltane. En voici une autre, trouvée au fil de mes lectures. Je l’ai traduite :

Le Bol de Mai

Extrait de Wheel of the Year par P. Campanelli (c), traduction Lune

Le Bol de Mai est une autre tradition de la célébration du jour de Mai. Au début du mois de Mai, l’aspérule odorante est en fleur parmi les herbes du jardin, ses minuscules grappes de fleurs blanches surmontent le tapis de ses feuilles spiralées aux parfums de foin, d’herbe coupée. L’aspérule odorante n’a pas d’autre utilisation que de parfumer le Vin de Mai. Elle ne guérit pas, ni ne conjure les sorts, elle n’envoûte pas non plus. Mais son parfum délicat, ses parfaites petites fleurs blanches et son habitude de fleurir lors de la fête du premier mai, fait d’elle une herbe sacrée pour la Dame, et pour cette raison seulement, elle mérite le respect et une bonne place dans un coin ombragée du jardin aux herbes.

Pour préparer un Bol de Mai, placez quelques tiges de fleurs d’aspérule odorante dans un bol à punch en verre et versez dessus une ou deux bouteilles de vin blanc et une tasse ou deux de vin de fraises. (un verre à vin ou deux de liqueur de fraises si vous n’avez pas de vin de fraises.) Ajoutez du sucre pour le goût. Si vous en trouvez, ajoutez une poignée de fraises fraîches. Le Bol de Mai, avec son vin blanc, ses feuilles vertes et ses fraises rouges flottants dans un vin blanc clair comme du cristal, est un plaisir pour les yeux, et sa saveur particulière lorsqu’il est utilisé pour les rituels de Beltane, année après année, peut induire un subtil changement de conscience, tellement vital au rituel païen.

Tandis que vous remplissez vos coupes de vin, buvez en l’honneur des Dieux en disant quelque chose comme :

 »A la gloire de Mai
Pour notre Dame et notre Seigneur
Parfaite union
Et parfait amour
Buvons ce Vin de Mai
En l’honneur des Dieux ! »

Versez des libations de vin sur le sol, ou si votre rituel prend place à l’intérieur, versez les libations dans une tasse ou un bol qui sera répandue à l’extérieur en un lieu approprié plus tard.

Fagot pour le Feu de Beltane

Extrait de Wheel of the Year par P. Campanelli (c), traduction Lune

Un fagot de bois a été assemblé au mois de mars en vue de la célébration du 1er Mai. Ce fagot de bois est destiné à brûler dans le feu de Beltane. Il contient trois morceaux de chacune des neuf différentes essences de bois (il s’agit du bouleau, du chêne, du sorbier, du saule, de l’aubépine, du noisetier, du pommier, de la vigne et du sapin). Il est a présent bien sec et donnera une bon flambée. Si vous le souhaitez, vous pourrez le décorer avec des fleurs blanches sauvages ou de petites branches fleuries d’arbres fruitiers et des rubans blancs, en l’honneur de la Déesse. Tandis que vous nouez le fagot de bois avec les rubans et les fleurs, chantez quelque chose comme :

 »Fagot de bois, de rubans et fleurs blanches, noué
La dame est couronnée.
Fagot de Bois à Beltane, dans son Feu
Flambe et brûle comme je le veux. »

Ces mots peuvent être répétés lorsque vous placez votre fagot de bois dans le feu de Beltane.

Into the wild

Je ne vais pas au cinéma très souvent et je prends bien soin de choisir les films auparavant. Le cinéma m’impressionne beaucoup et je suis très sensible à l’histoire, aux personnages et aux émotions qu’ils font passer. Plusieurs semaines après avoir visionné un film, je me sens encore comme « remuée » et j’y réfléchis toujours.

Je ne suis pas une grande fan de cinéma américain (enfin je dis ça, mais j’apprécie Tim Burton, Woody Allen et j’en oublie sûrement), je lui préfère le cinéma anglais (à la Mike Leigh). Je suis pourtant sortie époustouflée de la petite salle parisienne qui venait de diffuser Into the Wild. Incroyablement émerveillée par cette histoire et les images d’une Amérique terriblement différente, visuellement et humainement, de celle qu’on nous présente habituellement dans les médias. Le film retrace le parcours de ce jeune américain brillant fraîchement diplômé en complet désaccord avec la société et le système actuel. Il plaque tout pour partir à l’aventure, seul. Il brûle ses papiers et abandonne son nom au profit d’un autre, improbable et pourtant juste : Alexander Supertramp (Supertramp pourrait se traduire par Super-vagabond) =). Il offre ses économies à une asso humanitaire et abandonne, de fait, la perspective d’un avenir prestigieux pour vivre son rêve, pas celui de ses parents : rejoindre l’Alaska et y vivre seul comme un trappeur. Au cours de ce voyage (initiatique), il fera des rencontres, attachantes, riches, pleines de bonheur et d’amour, loin de toute mièvrerie. Il découvrira aussi ce qu’il est parti chercher : la nature sauvage généreuse, cruelle et impitoyable tout à la fois… et le bonheur, qui ne vaut finalement que lorsqu’il est partagé.

Je ne vais pas raconter tout le film, il vaut mieux aller le voir. Sean Penn a totalement assuré sur la réalisation, la photographie est terrible, la musique est excellente, les acteurs sont vraiment bons (je l’ai vu en VO =)). Le tout est poétique, juste et nous offre de nombreuses réflexions sur la société actuelle, nos réels choix de vie et notre définition intime du bonheur.

Pierre Trouée & Amulette de Mère Nature

Magic House par Teresa Moorey

J’avais beaucoup aimé lire The Goddess de Teresa Moorey [voir les traductions de ce livre sur ce site ou sur Les Portes du Sidh, utilisez la fonction « recherche », j’ai la flemme de faire des liens =)], j’ai un peu moins accroché avec Magic House du même auteur lorsque je l’ai reçu l’an dernier. Sur le moment, je lui ai trouvé un côté très « fifille superficielle », très magazine de déco… Pourtant, la déco est une de mes passions. J’ai d’ailleurs suivi une formation professionnelle de décoration d’intérieur il y a quelques années. Chiner, retaper les vieux meubles, les détourner parfois, les peindre ou non, les cirer ou non, puis les agencer dans un espace donné, choisir et harmoniser les couleurs, choisir ou peindre des tableaux,… c’est un vrai plaisir, et une fois tout cela terminé (enfin, ce n’est jamais vraiment fini car une maison, ça vit !), on en profite encore en se sentant bien chez soi, en harmonie.

Enfin bref, je n’étais pas très logique avec moi-même et quand je suis retombée sur ce bouquin en fouillant ma bibliothèque, je lui ai donné une seconde chance ^^ Bon, en effet, ce n’est pas du Shakespeare mais l’auteur a une façon particulière de parler de la maison. Elle réenchante le quotidien avec ses mots et ses petits trucs de sorcière. Elle nous explique que la maison est un espace sacré, intime, magique. On se prend au jeu au fil de la lecture et les photographies qui illustrent magic house sont assez belles ! Ce qui ne gâche rien ^^

Voici un des sortilèges qu’elle propose. Je l’ai choisi car on y utilise une pierre trouée, la pierre sorcière par excellence. J’ai été moins séduite par ses sortilèges de protection qui emploient une sorte de bulle tout autour de la maison. Parfois, la négativité, nous la générons nous-même. Je ne suis pas très sûre que ce soit une bonne chose, je ne suis d’ailleurs pas adepte des cercles magiques en tant que protection pour les mêmes raisons.

Amulette de Chance de Mère Nature

Pour une bonne fortune générale, vous avez besoin d’une pierre trouée (une pierre percée naturellement par l’érosion). Elles sont sacrées pour la Grande Mère, la Déesse de la nature, car le trou représente l’utérus de la vie d’où toutes choses proviennent. Si vous ne pouvez vous procurer une Pierre Trouée, utilisez un substitut ou créez-en une à l’aide d’argile qui durcit à l’air. Lavez votre pierre dans un cours d’eau, en la visualisant purifiée de toute chose négative. Enduisez-la d’huile de cannelle (ou vous pouvez substituer de la cannelle en poudre à l’huile). Tandis que vous faites cela, imaginez toutes sortes de bonheurs frapper à votre porte. Terminez en tenant la pierre dans vos paumes et en projetant de la chaleur et du bonheur en elle. La Pierre Trouée est à présent un aimant à bonne fortune. Enfilez un ruban vert dans son trou et suspendez-la au-dessus ou près de la porte d’entrée. Redescendez-la et rechargez-la ainsi souvent, particulièrement à la pleine lune, en la nettoyant à nouveau et en répétant le sortilège.

Source : Magic House, pratical magic for a harmonious home par Teresa Moorey, éditions Ryland Peters & Small.
Traduction : Lune.