Symboles divins

J’ai quelques statuettes de divinités de diverses origines (indienne, romaine, grecque) mais je dois bien avouer que sur l’autel, lors des rituels, je préfère employer des représentations plus symboliques.

Le dieu est représenté par un Shiva Lingam et la déesse par une coupelle en bois remplie de pierres (cornaline, serpentine, tourmaline, pierre trouée, quartz rose, etc.). Elle symbolise la grande déesse et ses multiples visages, la terre mère, qui est un gros bloc de pierre et de minerais en fusion ^^ Lors des rituels dédiés à la lune, je place sur l’autel soit une agate « géode » dont l’orifice a la forme d’un croissant de lune, soit une boule de cristal… mais jamais d’image. Les autels sont souvent très kitch et on tombe vite dans la surrenchère ^^

Je place également une petite bougie au centre qui symbolise l’énergie pure =)

Baubô

Aux détours d’un rituel, derrière mes yeux bandés, l’image étrange de cette demie-déesse s’est animée pour ma plus grande surprise. Elle était là, petit ventre sur pattes, et me tirait la langue. Sa bouche au milieu de son ventre. Je connaissais son existence et son histoire avec Déméter mais ne l’avais encore jamais rencontrée.

En furetant sur le net, je suis tombée sur cet article vraiment intéressant : Baubô et encore un autre Le rire rituel

Baba Yaga ou la femme sauvage

« Baba Yaga sur son tambour », enfin c’est ce qui était indiqué sur l’étiquette, sous l’illustration originale de Bilibine. J’ai été éblouie par l’expo « L’art Russe, dans la seconde moitié du XIXème siècle : en quête d’identité » qui s’est tenue l’an dernier au musée d’Orsay. C’était la première fois que j’étais émue par une exposition au point de pleurer devant tant de beauté et surtout de profondeur. Je crois que l’intitulé « en quête d’identité » était de trop, parce que les oeuvres dites « arts populaires » témoignent d’une sacrée personnalité et identité. Elles respiraient l’instinct sauvage, l’imaginaire, les contes, les mythes et la spiritualité.

J’essaierai de scanner quelques photos et reproductions tirées du catalogue de l’exposition, dont une table dite de baba yaga, qui représente un chaudron renversé à pattes et dont le plateau est en agate.

Baba Yaga Femme Sauvage, par Amy Sophia Marashinsky ©, traduction et adaptation Lune

Je me promène à travers la forêt
Et converse avec les animaux
Je danse pieds-nus sous la pluie
Sans vêtement
J’emprunte les chemins
que j’ai tracés moi-même
et selon mes envies
Mon instinct est vivant et tranchant comme un rasoir
Mon intuition et mes sens me permettent
d’exprimer librement toute ma vitalité
et mon exubérante gaieté
pour mon propre plaisir
car ce besoin d’être est bien naturel
Je suis la joyeuse et sauvage force de vie
Venez vers moi, venez à ma rencontre !