Paulo Cuelho, Jean-Claude Van Damme : même combat !

Je viens de lire d’affiler deux livres de Cuelho et ce malgré les a priori que j’avais à son égard. Le côté léger et un peu simpliste de ses bouquins m’ont en fin de compte assez plu. Ils sont tombés à point nommé et ont ouvert mes petits yeux sur certains vieux démons et quelques fascinations déplacées (qu’ils/elles soient à moi ou non). Comme dit dans le titre : Cuehlo, Van Damme, même combat. Parce que la morale de leur(s) histoire(s) est qu’il faut « croiver » dans ses rêves. ^^

La Wicca Eclectique, c’est du sérieux !

Et ça ressemble à ça :

Un handfasting comme on n’en rêve pas ! Le tabar de la Grande Prêtresse est sublime : je veuuuuuuuuuux le même (pour aller à la pêche aux moules). Mais surtout, j’adore quand elle trace le cercle, on dirait qu’elle va se gratter le cul avec sa main gauche ! Et le public, ah le public : charmante casquette monsieur, jolies robes mesdames…

Bois de Boulogne

Avec le printemps, j’ai eu envie de faire de la petite randonnée. On dit que Paris est sa capitale et nous avons décidé d’en profiter chaque week-end ^^ Samedi dernier, nous avons parcouru pendant environ 4 heures le bois de Boulogne et fait le tour du lac inférieur (il possède deux îles qu’on pourrait nommer îles aux lapins. Ces petites bestioles y prolifèrent en toute tranquillité). Si je parle du « bois », c’est surtout pour les trésors qu’il recèle : plus de 600 espèces de plantes sauvages. Parmi celles-ci, nous avons reconnu la silène enflée, la douce-amère, le plantain corne-de-cerf, la petite bardane, des arbustes comme le sureau (en grand nombre) et l’aubépine et une foultitude d’essence de bois ^^

Des simples contre des règles trop abondantes

Extrait du livre de Maria Trében « La Santé à la pharmacie du Bon Dieu, conseils et pratiques des simples – des plantes médicinales » éditeur Wilhelm Ennsthaler, Steyr (Autriche)

Les règles trop abondantes sont ramenées à un flux normal par la tisane suivante, bue le matin à jeun, une demi-heure avant le petit déjeuner : 25 g de fleurs d’arnica, 25 g de mousse d’Islande, 50 g de valériane, 25 g de mélisse, 25 g d’achillée, 25 g de sauge. On ébouillante avec un quart de litre d’eau une cuillère à thé bien remplie de plantes et on laisse infuser trois minutes. La tisane doit être bue même après que le flux menstruel soit normalisé. Ces plantes donnent une sensation de bien-être dans le bas-ventre qui se propage à tout le corps. Elles empêchent les indispositions de la ménopause et l’effet de ces plantes se maintient pendant des années.

Il y a quelques années une jeune femme, qui avait des règles incroyablement abondantes, et qui avait déjà subi deux interventions chirurgicales, malheureusement sans résultats, dans la clinique de son frère gynécologue, me demanda la recette. La tisane a agi chez elle, aussi vite que chez moi. J’avais contracté un grave typhus et des saignements, que rien ne pouvait arrêter. Mon médecin d’alors m’avait dit que nous allions maintenant essayer les simples. C’est ainsi que cette merveilleuse recette était arrivée entre mes mains. Pendant plus de 18 mois, j’avais eu des règles qui duraient deux semaines et plus. En 28 jours, les simples m’avaient soignée et mes règles s’étaient normalisées. J’ai continué à prendre de la tisane pendant 5 ans, sans interruption.