La sorcière et l’inquisiteur

(les Rita Mitsouko)

Connaissez-vous
La chanteuse sorcière
Celle qui fit fondre
Un cœur de fer?
Celle qui transforma
Son tortionnaire
Le Grand Inquisiteur
Qui lui ouvrit son cœur

On pouvait la trouver dans la forêt
Les nuits de lune pleine Où elle donnait
Des incroyables fêtes
Et toute nue elle chante

Et quand ça commence
Ça commence
Toute la forêt se met à parler
Née en transe
De par sa mère
La sorcière savait
Comment s’élever
Comment prier, comment soigner,
Empoisonner
Comment chanter
Et comment danser

Il arrivait dans la région
L’Inquisiteur
C’était un homme passionné
L’Inquisiteur
Il voulait sauver l’humanité
Pauvres pécheurs
De l’éternelle damnation
Alors attention

Ils sont venus la prendre la nuit
Ils l’ont traînée par la chevelure
Jusqu’à la chambre de torture

Ah son premier cri
Eveilla son oreille
Et la sorcière se mit à agir
Elle le fit
Elle s’ensorcelle
Et se mit à chanter
La suppliciée

Elle était belle
Et d’une blancheur laiteuse
On voyait qu’elle
Aimait être amoureuse
Et sa longue chevelure
Faisait comme une couverture
A peine un voile
Maintenant sale

– Ah! Tu m’assassines
– Sauve ton âme
– Ah mais tu commets un crime
– Pauvre femme
– Par ma voix chante la beauté
– Tu es endiablée, par ta bouche
C’est le diable qui accouche
Et tu voudrais bien que je te touche
D’ailleurs tu fais tout pour me plaire
Et on peut dire que tu sais y faire
– Non! C’est l’air qui vibre
Mais tu frissonnes
– Ah! Comme tu es libre
Et comme t’es bonne!

Le Grand Inquisiteur
Sentit battre son cœur
Le Grand Inquisiteur
Sentit fondre son cœur

Ménarche !

Par Lady Elaine, traduction Lune

« Ma fille vient juste d’avoir ses règles. L’école lui a montré un mauvais film sur le sujet – y-a-t il autre chose que je puisse faire pour qu’elle se sente mieux à part lui donner deux advil et l’assurer que ce sera terminé dans 30 ans ? »

Oui ! Vous pouvez célébrer ses premières règles !

A l’origine, lorsqu’une jeune fille a eu ses règles, elle est considérée comme une adulte. Ce n’est pas le cas dans notre culture – pour les raisons mentionnées dans la section « Coming of Age ». Mais une ménarche, c’est important car, adulte ou pas, votre petite fille est certainement davantage une femme maintenant, biologiquement ! C’est quelque chose qui doit être célébré (TRES JOYEUSEMENT célébré) et quelque chose dont il faut parler.

Comprenez que ce rituel va sembler un peu incomplet – c’est parce que la part la plus importante du rituel est de laisser la jeune fille le créer – décorations, méditations, ce qu’elle devra dire – c’est sa Ménarche ! Vous serez là juste pour la conseiller et lui offrir des idées.

Donc, parlons des Menstruations :

Mesdames, puis-je vous aider à vous remémorer vos souvenirs pendant un instant. Vous souvenez-vous d’être allées à l’Auditorium, à environ 11 ans, pour voir un film sur le fait d’avoir ses règles ? Ils nous faisaient regarder cet épouvantable film de Disney – un dessin animé se situant dans une belle clinique et avec un dessin d’utérus rempli de sang pour nous montrer ce qui était arrivé. Puis, lorsque cette fille du dessin animé à (vêtue d’une robe du style années 50) pleurer devant cela, la voix du dessin animé dit : « Il n’y a pas de quoi être triste ! Tu peux continuer à aller dans les fêtes et t’amuser » (Ouais, tu m’étonnes !)

Après ce film, toutes les filles étaient complètement embarrassées et effrayées ; et elles disaient « Je ne veux pas passer par ça ! »

Puis, mesdames, le jour est venu et vous avez eu vos règles. Et vous l’avez dit à votre maman. Et elle vous a donné une boîte de Tampax et vous à envoyer à la salle de bains, où vous vous êtes assise, vous avez lu les instructions sur la boîte et vous avez essayé de comprendre tout ça. Maman, si vous vous souvenez, n’était pas d’une grande aide. Elle aurait pu l’être si vous aviez su quelles questions poser.

Bien, ce qui était alors, l’est aujourd’hui. J’ai quelques espoirs qu’ils ne montrent plus cet effroyable film de Disney et que les Mamans se rendent plus utiles. Mais le plein fait est que, avoir vos règles c’est foutrement effrayant et jamais agréable !

Une célébration de ménarche peut changer cette expérience déplaisante en un rituel qui fait la jeune fille se sentir particulière.

La première chose à se rappeler. Se concentrer sur la jeune fille – elle doit être au centre de l’attention et elle doit être consultée sur ce qu’elle veut et sur qui elle veut présent à ce rituel – on devra mettre l’accent sur le fait qu’elle est une femme, sur les mystères féminins et les responsabilités féminines.

Choisissez la pleine lune après les premières règles de la jeune fille pour le rituel (pleine ou lune en quartier) – où au moment que veut la jeune fille.

Vous pouvez inviter toutes femmes adultes que la jeune fille souhaite, la Déesse-Mère de la Jeune fille et quelques-uns de ses amis du même âge. Décorez en fonction des goûts de la jeune fille, en mettant l’accent sur les décorations « lunaires » / décorations de fête. Prévoyez un gâteau, des bougies – rendez-les festifs et spéciaux !-, encens/bougies, encore, choisis par la jeune fille – mais blanc/rouge sont les couleurs traditionnelles.

Pour donner quelque chose à faire aux hommes, vous pouvez demander leur aide pour la décoration et la composition du dîner, des tisanes ou du pique-nique après le rituel (j’aime cette idée parce que cela permet à Papa et ses amis d’offrir un cadeau à la jeune fille sans même qu’ils soient présents). Sinon, dites à Papa et ses amis d’aller dans un bar à sports pour la soirée.

  • Toutes les femmes invitées devront apporter des cadeaux (présents liés à la féminité, et *non* des cadeaux liés aux menstruations) – de petits présents, magiques, des présents d’adulte (comme un miroir, un tisane particulière aux herbes, un journal intime, ou un jeu de tarot). Mamans, achetez à la jeune fille (ou laissez la choisir) une lune, un cristal, une Déesse ou un pendentif représentant un pentagramme pour elle-même. Placez-le présent sur l’autel (une nouvelle robe, une robe rituelle, etc., ce pourrait être aussi la bonne occasion). Si la jeune fille a 10 ou 11 ans, la peinture sur visage et les déguisements pourraient être une part de cette célébration.

Le rituel peut avoir lieu là où la jeune fille le souhaite – c’est sa fête. Une célébration de ménarche, dont j’ai entendu parler, a eu lieu dans un jacuzzi, une autre à la plage, une autre encore sur un sentier de randonnée dans les bois. Se mettre près de l’eau est une bonne idée.

  • La nuit ou le matin précédant, c’est le moment d’avoir une conversation entre mère et fille. Je sais qu’elle sait déjà tout, mais tout de même lui dire à nouveau. Faites lui savoir où on peut se procurer des contraceptifs, faites lui savoir si elle peut avoir des rapports à la maison – quelles sont les règles et ce que vous ressentez par rapport à cela (SOYEZ HONNETE), faites lui savoir quels sont les dangers des rapports non protégés, notamment le fait de tomber enceinte – rappelez-lui qu’elle n’est pas assez vieille pour conduire, voter ou quitter la maison mais qu’elle l’est assez pour avoir un bébé.

A présent qu’elle est une femme, elle aura de nouveaux privilèges, d’adulte, mais elle aura aussi de nouvelles et très sérieuses responsabilités – ne pas tomber enceinte jusqu’à ce qu’elle le souhaite, jusqu’à ce qu’elle soit prête, ou l’un des deux. Faites lui savoir que vous êtes là pour elle, qu’elle peut venir à vous.

  • Après cela, la jeune fille pourrait souhaiter méditer jusqu’au rituel ou faire un rituel de purification.
  • Après que le cercle soit projeté (un cercle dédié à toute déesse – déesses aux quatre points cardinaux – mettre l’accent sur la déesse), chaque femme, une par une, souhaitera la bienvenue à la jeune fille dans sa féminité et lui offrira un petit cadeau. Chaque présent devra être ouvert et on devra en discuter.
  • Après la remise des cadeaux, le nouveau pendentif de la jeune fille devra être passé de main en main, faire le tour du cercle, et chaque femme devra parler de ses premières règles, donner des conseils, un secret, raconter une histoire drôle – des mots courts et doux, optimistes ; puis elles devront bénir le pendentif. Une fois que ce pendentif a fait le tour du cercle, Maman devra être la dernière à dire quelque chose et mettre le pendentif autour du coup de la jeune fille.
  • La Grande Prêtresse devra questionner la jeune fille sur la façon dont elle comprend les responsabilités féminines.
  • Après les réponses de la jeune fille, la Grande Prêtresse devra présenter la jeune fille à la Déesse en tant que nouvelle femme, reflet de la Déesse.
  • La jeune fille devra dire quelque chose – sa part.
  • Vous pouvez faire d’autres choses : une lecture de Tarot pour la jeune fille ou divination par l’eau ou le cristal, danser, chanter, conter des histoires.
  • Finissez avec un cône de pouvoir très positif – célébrer la féminité de la jeune fille (puis pique-niquer).

NdlT : Ménarche : issu du grec mên : menstrues et arkhê : commencement. Terme désignant les premières règles.